PGAC

  • Accord nucléaire : Zarif s’entretient au téléphone avec son homologue suédoise

    Accord nucléaire : Zarif s’entretient au téléphone avec son homologue suédoise

    Téhéran (IRNA)-Ce mardi soir, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, s’est entretenu au téléphone avec son homologue suédoise, Ann Linde. Les deux parties ont discuté des dernières évolutions internationales, des questions régionales, des questions liées au Plan global d’action commun sur le nucléaire de 2015 (PGAC) et des relations bilatérales et consulaires.

  • Zarif-Lavrov ont discuté du PGAC et du Haut-Karabakh

    Zarif-Lavrov ont discuté du PGAC et du Haut-Karabakh

    Moscou (IRNA)- Les ministres iranien et russe des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif et Sergueï Lavrov, se sont entretenus par téléphone ce mardi. Ils abordé d’importantes questions régionales dont notamment le Plan global d’action commun sur le nucléaire iranien de 2015 (PGAC) , le conflit du Haut-Karabakh et la Syrie

  • Technologie nucléaire : l'Iran entre dans une « nouvelle phase » d'enrichissement grâce à de nouvelles centrifugeuses

    Technologie nucléaire : l'Iran entre dans une « nouvelle phase » d'enrichissement grâce à de nouvelles centrifugeuses

    « Téhéran (IRNA)-L'injection d'hexafluorure d'uranium ou de gaz UF6 dans une centrifugeuse est la dernière étape pour commencer à enrichir et à séparer l’uranium 238 de l’uranium 235 », a déclaré ce dimanche l'ambassadeur et le représentant permanent d’Iran auprès des Nations Unies et des organisations internationales à Vienne, Kazem Gharibabadi, dans une interview accordé à Khabar Online.

  • L’accord nucléaire iranien est au cœur des relations du gouvernement Biden avec l'Europe (Universitaire américain)

    L’accord nucléaire iranien est au cœur des relations du gouvernement Biden avec l'Europe (Universitaire américain)

    New York (IRNA) – Pour Daniel Serwer, professeur de relations internationales à l'Université Johns Hopkins aux États-Unis, le gouvernement Biden ne serait pas en mesure de normaliser les relations avec l'Union européenne sans revenir au Plan global d’action commun sur le nucléaire iranien de 2015 (PGAC) et sans lever les sanctions contre l'Iran.

  • Zarif et son homologue britannique discutent du PGAC

    Zarif et son homologue britannique discutent du PGAC

    Téhéran (IRNA)- Le Chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, et son homologue britannique, Dominic Raab, ont discuté ce lundi au téléphone de la coopération Téhéran-Londres, dans le cadre du plan global d'action commun sur le nucléaire iranien de 2015 (PGAC).

  • Désengagement à l’international : Les États-Unis, « responsables » du non-respect de leurs obligations (Téhéran)

    Désengagement à l’international : Les États-Unis, « responsables » du non-respect de leurs obligations (Téhéran)

    Téhéran - IRNA - Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saïd Khatibzadeh, a souligné dimanche que les États-Unis ne sont pas en mesure d’avancer des conditions (préalables) et déclaré : « Le jour où le gouvernement des États-Unis décidera de revenir dans l'accord sur le nucléaire iranien (Plan global d’action commun sur le nucléaire de 2015 (PGAC), il doit s’assoir à une table pour répondre de la violation de ses engagements ».

  • Retrait de Trump du PGAC: «un coup» porté à la paix et à la sécurité mondiales

    Retrait de Trump du PGAC: «un coup» porté à la paix et à la sécurité mondiales

    Téhéran (IRNA)- « Le départ de Trump du Plan global d’action commun sur le nucléaire iranien de 2015 (PGAC) avait porté un coup dur à la paix et à la sécurité mondiales », déploré Hossein Moussavian, un ancien responsable de la sécurité nationale iranienne, à l’occasion d’un débat avec une ancienne responsable américaine de la sécurité, Kristen Fontaine Rose.

  • La Chine est contre l'affaiblissement du PGAC (Wang Yi)

    La Chine est contre l'affaiblissement du PGAC (Wang Yi)

    Téhéran (IRNA)- Le ministre chinois des Affaires étrangères a dit Pékin contre toute action unilatérale qui risque d’affaiblir le Plan global d’action commun sur le nucléaire iranien de 2015 (PGAC). « Pékin continuera à soutenir la mise en œuvre de cet accord et de la résolution 2231 du Conseil de sécurité qui l’endosse et le règlement politique de la question nucléaire iranienne », a-t-il réitéré.

  • Téhéran appelle Trump à accepter ses conditions «s'il souhaite se retrouver une place dans un coin du PGAC»

    Téhéran appelle Trump à accepter ses conditions «s'il souhaite se retrouver une place dans un coin du PGAC»

    Téhéran (IRNA)-« M. Trump n'a pas une compréhension claire de la nature des relations internationales », a déclaré lundi le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saïd Khatibzadeh avant d’indiquer qu’ « apparemment ses conseillers ne veulent pas non plus saisir ce qui s'est passé. »

  • L'unilatéralisme américain « mine » l'ONU (Mission iranienne)

    L'unilatéralisme américain « mine » l'ONU (Mission iranienne)

    « L'unilatéralisme américain mine les Nations Unies », a prévenu le représentant permanent de l'Iran auprès des Nations Unies, Majid Takht Ravanchi, en réponse aux allégations avancées par les autorités américaines qui incitent au déclanchement d’un « snapback » illégal des sanctions contre l’Iran.

  • PGAC : la France salue l'accord Iran-AIEA

    PGAC : la France salue l'accord Iran-AIEA

    Téhéran (IRNA)- La diplomatie française a salué jeudi soir l'accord trouvé entre l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et la République islamique d'Iran.

  • La bonne volonté affichée par Téhéran lors de la visite de Grossi : la balle dans le camp de l’AIEA

    La bonne volonté affichée par Téhéran lors de la visite de Grossi : la balle dans le camp de l’AIEA

    Téhéran (IRNA)- La visite de deux jours du Directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) à Téhéran s'est terminée après une rencontre avec le Président de la République islamique d'Iran, Hassan Rohani. Les deux parties ont déclaré « constructifs » les pourparlers.

  • Les Européens « attendent » la fin de la présidence de Trump

    Les Européens « attendent » la fin de la présidence de Trump

    Téhéran (IRNA) - « Les analystes internationaux estiment que l'administration Trump, dans une tentative de prolonger l'embargo sur les armes contre l'Iran, auquel les membres du Conseil de sécurité se sont opposés, a subi une défaite humiliante jamais connue dans l'histoire américaine », a déclaré le chef du bureau présidentiel de la République islamique d’Iran (RII), Mahmoud Vaezi, avant d’indiquer que même les alliés européens de Washington ne veulent pas un second mandat de Trump.

  • Jamais les Etats-Unis ne verront leurs désidératas « illégaux » remplis (Téhéran)

    Jamais les Etats-Unis ne verront leurs désidératas « illégaux » remplis (Téhéran)

    Téhéran (IRNA)-Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangère, Saïd Khatibzadeh, réagissant à la tentative de snapback américaine contre l’Iran, a déclaré : « Les États-Unis, dans un geste contraire aux règles et règlements du droit international et aux dispositions de la résolution 2231 (qui endosse l’accord international sur le nucléaire iranien de 2015), n'ont soumis qu'une «demande» à l'actuel président tournant du Conseil de sécurité. « Washington ne pourra jamais réaliser ses désidératas illégaux », a-t-il insisté.

  • Les États-Unis n'ont pas le droit d'user le « snapaback » contre l’Iran (Pékin)

    Les États-Unis n'ont pas le droit d'user le « snapaback » contre l’Iran (Pékin)

    New York ( IRNA) - Le représentant permanent de la Chine auprès des Nations Unies, Zhang Jun, réagissant à la demande officielle des États-Unis d'user le mécanisme du retour des sanctions onusiennes contre l'Iran, a déclaré: « Les États-Unis se sont retirés du PGAC ( Plan global d’action conjoint sur le nucléaire iranien de 2015) et cette demande est illégale. »

  • Retour des sanctions contre l'Iran : la Troïka européenne «ne soutient pas» la manœuvre américaine

    Retour des sanctions contre l'Iran : la Troïka européenne «ne soutient pas» la manœuvre américaine

    Londres (IRNA) - Trois États européens (France, Royaume-Uni, Allemagne) membres signataires du Plan global d’action commun sur le nucléaire iranien (PGAC) ont publié une déclaration disant qu'ils ne soutiennent pas l'action américaine pour déclencher un mécanisme du retour des sanctions onusiennes contre l’Iran.

  • Snapback : Le Conseil de sécurité « rejettera encore » les désidératas américains (Ambassadeur d’Iran à l’ONU)

    Snapback : Le Conseil de sécurité « rejettera encore » les désidératas américains (Ambassadeur d’Iran à l’ONU)

    Téhéran (IRNA) – « Nous sommes sûrs que le Conseil de sécurité rejette une fois de plus une dernière initiative américaine visant à déclencher le mécanisme du retour des sanctions dit « snapback » contre l’Iran, faute de justifications sur plan juridique », a insisté le représentant de l'Iran auprès des Nations Unies, Majid Takht Ravanchi.