Violation de la résolution 2231 : Les USA « ridiculisent » le droit international (Mission iranienne à l'ONU)

New York (IRNA) - Le représentant permanent de l'Iran auprès des Nations Unies soulignant la nécessité de renforcer le multilatéralisme, a déploré la position des Etats-Unis qui se sont moqués du droit international en violant la résolution 2231 du Conseil de sécurité (qui endosse l’accord internationale de Vienne 2015 sur le nucléaire entre l'Iran et la communauté internationale) et en menaçant d'autres pays.

Le représentant permanant de l’Iran, auprès de l’ONU, Majid Takht-e-Ravantchi, s'exprimant lors d'une réunion en ligne et non-officielle du Conseil de sécurité des Nations Unies, vendredi 8 mai, marquant le 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe, a déclaré : « Le multilatéralisme fait face à de nombreux défis et pour les relever le renforcement de l'état de droit et la coopération et l’interaction internationales, s’avèrent nécessaires ».

Evoquant les leçons à tirer de l'amère expérience de la Seconde Guerre mondiale, le diplomate iranien a mis en garde contre un exemple vivant de la moquerie systématique du droit international, à savoir la violation par les Etats-Unis de la résolution 2231 du Conseil de sécurité de l’ONU et des menaces abjectes brandies par ce pays contre d'autres pays pour les contraindre à violer cette résolution sinon ils seront punis ! »

Fustigeant l'approche des États-Unis qui ne cessent d’abandonner des organisations et des accords internationaux, y compris leur retrait illégal de l’accord multilatéral sur le nucléaire iranien de 2015 et leur violation de la résolution 2231 du Conseil de sécurité, le diplomate iranien a mis en garde contre ces politiques qui mettent en cause le multilatéralisme et en péril les intérêts collectifs des pays du monde.

« Il revient aux pays du monde de travailler ensemble pour remplacer la politique de la force par l’Etat du droit et la confrontation par la diplomatie de coopération », a conclu le représentant permanent d’Iran à l’ONU.

D'une manière générale, l’approche du président des États-Unis, Donald Trump, en matière de commerce et de traités internationaux et la façon humiliante dont il traite même les alliés des États-Unis, montrent comment la politique étrangère de Washington a commencé à défier l’ordre mondial.

Conformément à la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations unies, cet accord est approuvé par l'écrasante majorité de la communauté internationale et impose certaines obligations à tous les membres des Nations unies, dans le cadre du droit international.

Malheureusement, les États-Unis, en soulevant des revendications infondées et au mépris total de leurs obligations internationales, ont abandonné l'accord nucléaire et imposé des sanctions extraterritoriales et unilatérales à l'Iran et, par extension, à d'autres pays.

En réalité, les États-Unis menacent de mesures punitives les États qui cherchent à respecter la résolution 2231. Ces menaces se moquent en effet des décisions internationales et accusent les parties impliquées qui cherchent à les respecter.

L’accord nucléaire est reconnu comme une grande victoire de la diplomatie à notre époque. C’est la raison pour laquelle l’Union européenne collabore avec d’autres pays du monde, à l’exception d’un très petit nombre, pour sauver ce grand exploit.

Cet accord historique ne peut survivre que lorsque le peuple iranien bénéficie de ses avantages promis.

Votre commentaire

You are replying to: .
1 + 4 =