Il est «temps de mettre fin à la tyrannie APARTHEID d'Israël sur les halls occidentaux du pouvoir» (Zarif)

Téhéran (IRNA)- Le ministre iranien des Affaires étrangères a réprimandé les législateurs américains et occidentaux pour leur soumission au lobby pro-israélien, avisant la communauté internationale qu'il était «temps de mettre fin à la tyrannie APARTHEID d'Israël sur les halls occidentaux du pouvoir».

Le ministre iranien des Affaires étrangères a réprimandé dans un tweet les législateurs américains et occidentaux pour leur soumission au lobby pro-israélien, notant que c'est ce lobby, en particulier le puissant Comité américain israélien des affaires publiques (AIPAC), qui dicte leurs politiques au Moyen-Orient.

À titre de preuve, Zarif a juxtaposé à son tweet une capture d'écran de la Jewish Telegraphic News Agency, datée du 10 juin 2020, dans laquelle l'agence a rapporté que l'AIPAC a, pour la première fois, donné aux législateurs américains le feu vert pour critiquer Israël lors de sa récente projet d'annexer davantage de parties de la Cisjordanie occupée.

Tel Aviv a annoncé son intention d'annexer quelque 30% du territoire palestinien occupé de Cisjordanie. Les observateurs affirment que toute critique qui pourrait être formulée par les membres du Congrès contre le plan ne ferait que tromper l'opinion publique sur le soutien absolu de Washington à Tel Aviv, le président américain Donald Trump lui-même ayant soutenu l'annexion fin janvier, alors qu'il détaillait un pro controversé -Plan américain américain.

«S'il y a jamais eu une question de l'OMS qui dicte la politique américaine et occidentale au Moyen-Orient, ce titre le crie haut et fort», a déclaré Zarif, ajoutant: «#AIPAC a empoisonné la politique américaine pendant des années, donnant ouvertement des instructions au Congrès».

Le plus haut diplomate iranien a ensuite conclu ce dernier tweet en avisant la communauté internationale qu'il était «temps de mettre fin à la tyrannie #APARTHEID d'Israël sur les halls occidentaux du pouvoir».

Egalement, le ministre iranien des Affaires étrangères affirme que les États-Unis n'ont pas le droit de «maltraiter» l'ONU et l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) pour diffamer l'Iran, parce que Washington a déjà violé l'accord nucléaire que Téhéran a conclu avec les puissances mondiales, y compris les États-Unis et les Résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies approuvant l'accord.

Dans un tweet jeudi, Mohammad Javad Zarif a noté que malgré les efforts de l'Iran pour respecter ses obligations conformément à l'accord nucléaire, officiellement connu sous le nom de Plan d'action global conjoint (JCPOA), Washington a fait de son mieux pour intensifier les tensions avec Téhéran et a également intimidé d'autres pays pour emboîter le pas.

Après sa conclusion à Vienne en 2015, l'accord nucléaire entre l'Iran et le groupe d'États P5 + 1 - États-Unis, Royaume-Uni, France, Russie et Chine plus Allemagne - a été approuvé par le Conseil de sécurité sous la forme d'une résolution 2231.

L'accord a supprimé les sanctions liées au nucléaire contre la République islamique, qui ont modifié volontairement certains aspects de son programme nucléaire en retour. L'accord a été salué comme un pilier de la sécurité mondiale en raison de sa contribution rapide à la réduction des tensions régionales et internationales.

Les États-Unis ont toutefois quitté le JCPOA en mai 2018 en violation de son caractère multilatéral et de la consécration de l'accord par le Conseil de sécurité des Nations Unies.

Le pays a ensuite rendu les sanctions, a commencé à effrayer les autres à cesser leur commerce légal avec l'Iran, et a refusé de lever les interdictions, bien que Téhéran ait remporté une affaire devant la Cour internationale de Justice contre Washington qui l'a mandaté pour lever les mesures coercitives visant le transfert de nourriture et de médicaments vers la République islamique.

Les États-Unis tentent également de faire pression sur l'Iran par de nombreux autres canaux, notamment le Conseil de sécurité lui-même et l'AIEA, l'agence nucléaire de l'ONU.

Les États-Unis ont promis de voir le Conseil de sécurité prolonger un embargo sur les armes qui prendra fin en vertu du JCPOA en octobre, et ont menacé de tenter de rétablir toutes les sanctions internationales contre Téhéran si l'embargo n'était pas prolongé.

Washington allègue qu'il est autorisé à essayer de prendre les deux mesures contre l'Iran car il est toujours «nommé» dans la résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies en tant que partenaire du JCPOA. Les États-Unis prévoient de dire encore une partie de l'accord sur le nucléaire «une plaisanterie».

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrence
9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha