L'utilisation abusive des mécanismes des Nations Unies dans le domaine des droits de l'homme «cause de honte»

Téhéran (IRNA)- Le ministère iranien des Affaires étrangères a dénoncé une résolution anti-iranienne récemment adoptée par le Conseil des droits de l'homme des Nations unies, affirmant que l'abus des mécanismes onusiens est une source de honte et d'embarras pour les partisans de la résolution.

Le porte-parole du ministère, Seyyed Abbas Mousavi, a accusé lundi les partisans de la résolution, approuvée lors de la 43e session du Conseil des droits de l'homme des Nations unies, d'avoir adopté des doubles standards et abusé des mécanismes onusiens.

Il a dit que le passage de la résolution anti-Iran, présentée par la Suède et soutenue par certains pays occidentaux, était basé sur «des attitudes sélectives, partiales, conflictuelles et politiquement motivées».

«L'approche adoptée par les partisans de la résolution sur la situation des droits de l'homme en République islamique d'Iran, qui est l'extension des doubles normes qu'ils appliquent à la situation des droits de l'homme dans les pays, a conduit à l'abus des mécanismes de l'ONU, ce qui est regrettable.»

Soulignant que la République islamique est une démocratie religieuse, Mousavi a déclaré: «L'Iran a pris des mesures pour développer et promouvoir les droits de l'homme aux niveaux national, régional et international dans le cadre de ses obligations religieuses, de sa constitution et de ses lois ordinaires, ainsi que des traités internationaux.»

Se déclarant consterné par le fait que l'utilisation politisée et instrumentale des droits de l'homme et l'application de doubles standards deviennent la norme dans ce domaine, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré que la qualité des réactions de ces pays à la répression des manifestations contre le racisme aux États-Unis était une bonne référence pour mesurer et vérifier leurs préoccupations en matière de droits humains.

La 43e session du HCR s'est tenue le 19 juin. Quatorze résolutions ont été adoptées, dans lesquelles le Conseil a prié le Haut-Commissaire aux droits de l'homme d'établir un rapport sur le racisme systémique et les violations du droit international des droits de l'homme contre les Africains et les personnes d'ascendance africaine par les forces de l'ordre, en particulier les incidents qui ont entraîné le meurtre brutal de George Floyd.

Le Conseil a également prorogé les mandats concernant la liberté d'opinion et d'expression, les migrants et les questions relatives aux minorités.

L'administration du président américain Donald Trump a été critiquée pour sa réponse à la dernière série de manifestations de «Black Lives Matter» à la suite de la mort de Floyd le mois dernier.

La mort de Floyd le 25 mai a été enregistrée sur vidéo alors qu'un policier blanc s'est agenouillé sur le cou pendant plus de huit minutes à Minneapolis.

Le meurtre a ravivé le débat sur les relations raciales en Amérique et incité des groupes minoritaires à travers le pays et d'autres parties du monde à exprimer leur indignation ressentie de longue date à propos de la violence policière, des inégalités raciales et du racisme systémique.

Trump a qualifié les manifestants de «terroristes» et «d'anarchistes», menaçant que ceux qui attisent le chaos et attisent les flammes des sentiments anti-gouvernementaux puissent être abattus.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
2 + 1 =