29 nov. 2021, 22:44
Journalist ID: 2395
Code d'info: 84560057
0 Persons
L'Iran fustige le soutien américain au programme d'armes nucléaires du régime israélien

Téhéran (IRNA)- L'ambassadeur d'Iran et représentant permanent de la République islamique d'Iran auprès de l'Organisation des Nations Unies, Majid Takht Ravanchi, a souligné que le soutien continu des États-Unis à Israël, y compris son approbation du dangereux programme d'armes nucléaires du régime israélien, a permis de concrétiser l'idée de créer un tel une zone au Moyen-Orient impossible.

Il a fait cette remarque lundi avant la deuxième session de la Conférence sur l'établissement d'une zone exempte d'armes nucléaires et autres armes de destruction massive au Moyen-Orient.

Il a déclaré que « la République islamique d'Iran a un nombre élevé d'adhésions, parmi les pays du Moyen-Orient, aux instruments internationaux interdisant les armes de destruction massive.

En tant qu'initiateur de la proposition de création d'une zone exempte d'armes nucléaires au Moyen-Orient présentée en 1974, l'Iran est également partie au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires, à la Convention sur les armes biologiques, à la Convention sur les armes chimiques et au Protocole de Genève de 1925, ainsi qu'un signataire du Traité d'interdiction complète des essais nucléaires, avec des garanties complètes accord avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

Notre Guide suprême a, à plusieurs reprises, précisé, notamment dans son message à la Conférence internationale sur le désarmement et la non-prolifération nucléaires à Téhéran en avril 2010, que : « Nous pensons qu'outre les armes nucléaires, d'autres types d'armes de destruction massive, telles que les armes chimiques et biologiques, constituent également une grave menace pour l'humanité. La nation iranienne, qui est elle-même victime des armes chimiques, ressent plus que toute autre nation le danger causé par la production et le stockage de telles armes, et est prête à faire tout ce qui est en son pouvoir pour contrer de telles menaces. Nous considérons l'utilisation de telles armes comme haram (religieusement interdite) et pensons que chacun doit faire des efforts pour protéger l'humanité contre ce grand désastre ».

Les armes de destruction massive constituent incontestablement une menace existentielle à la fois pour la paix et la sécurité mondiales. Cette menace est plus claire et plus familière au Moyen-Orient car ces armes ont déjà proliféré et utilisées dans cette région. Plus poignante encore est la menace d'utilisation de telles armes qui se poursuit de manière redoutable. L'histoire récente de la région témoigne des tentatives de certains gouvernements d'étendre et d'utiliser des armes de destruction massive. L'utilisation d'armes chimiques par le dictateur irakien de l'époque dans les années 1980 contre non seulement des soldats et des civils iraniens, mais aussi des citoyens irakiens est un exemple frappant à cet égard.

La résolution adoptée par la Conférence de prorogation et d'examen pour une durée indéterminée du TNP de 1995 a appelé à la création d'une zone au Moyen-Orient effectivement vérifiable et exempte d'armes de destruction massive. Il a également appelé tous les membres du TNP, en particulier les États dotés d'armes nucléaires, à étendre leur coopération et à déployer tous leurs efforts pour assurer l'établissement rapide par les parties régionales de la zone du Moyen-Orient. Il convient de mentionner que les processus émanant des Conférences d'examen du TNP et de l'Assemblée générale des Nations Unies sont deux voies indépendantes établies pour atteindre cet objectif attendu depuis longtemps qui devrait être réalisé avec les décisions orientées vers l'action des deux volets. Ces deux éléments peuvent se compléter, mais pas se remplacer.

La Conférence sur la création d'une zone exempte d'armes nucléaires et d'autres armes de destruction massive au Moyen-Orient (MEZFWMD) vise à élaborer un instrument juridiquement contraignant pour établir une telle zone de manière inclusive et transparente et avec la participation de tous les États invités sur la base d'arrangements librement conclus par consensus.

Suite à l'échec des tentatives passées d'envisager la création de la MEZFWMD, de nombreux observateurs internationaux pensent que la convocation réussie de la première conférence de la zone libre d'ADM au Moyen-Orient a marqué un tournant dans le traitement d'une question aussi importante. La participation à la Conférence des 23 membres de la région - à l'exception du régime israélien - et de quatre États dotés d'armes nucléaires, à savoir la Chine, la France, la Russie et le Royaume-Uni, ainsi que des organisations internationales compétentes, a été incroyablement remarquable. En affirmant que la région n'est pas prête à discuter de la question, le régime israélien et les États-Unis ont décidé de ne pas assister à la conférence et ont plutôt opté pour la dénoncer.

Compte tenu des obstacles à la création d'une telle zone, Israël doit d'abord et avant tout adhérer à tous les instruments internationaux juridiquement contraignants connexes. Surtout, elle doit adhérer au TNP sans aucune condition préalable tout en plaçant toutes ses installations et activités nucléaires sous les garanties généralisées de l'AIEA.

Le soutien continu des États-Unis à Israël, y compris son approbation du dangereux programme d'armes nucléaires du régime israélien, et la réticence des États-Unis à s'engager de manière constructive dans les travaux de la Conférence, ont rendu impossible la réalisation de l'idée de créer une telle zone au Moyen-Orient.

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha