Quelles sont les deux stratégies de l'Iran pour parvenir à un accord durable dans les pourparlers de Vienne ?

Téhéran (IRNA)- Selon le correspondant de l’IRNA, l'équipe négociatrice iranienne à Vienne s'était largement concentrée ces derniers jours sur un point principal dans ses réunions avec ses interlocuteurs des 4+1 à savoir: la question de la vérification de la levée des sanctions américaines.

Selon le correspondant politique de l'IRNA sur place, les pourparlers entre l'Iran et  le groupe 4+1 (des cinq États signataires) est en cours à Vienne à différents niveaux et formats.

Ali Bagheri, le chef de l'équipe négociatrice iranienne, a tenu hier une réunion d'une heure avec Enrique Mora, coordinateur de la Commission mixte et les hauts représentants des trois pays européens, pour discuter des questions liées à la levée des sanctions, à la vérification et aux engagements nucléaires avec la présence d'experts iranien, de l'Union européenne et des 4+ 1. Pour la première fois au huitième tour, un groupe de travail d'experts chargé d’examiner les arrangements et les modalités exécutifs de potentiels accords à Vienne se forme. 

Le groupe de travail se concentre sur les manières de mettre en œuvre d'éventuels accords, y compris celle liée à la vérification des actions de la partie d’en face.

Une source proche de l'équipe négociatrice iranienne a déclaré à l"IRNA que la réunion s'est déroulée dans une atmosphère « positive et constructive ».

Selon le rapport, la question des garanties et de la vérification de la levée des sanctions américaines (si Washington réintégrait le PGAC), qui était autrefois l'une des principales pommes de discorde opposant les négociateurs iraniens aux parties occidentales, est désormais réglée et reconnue nécessaire et les pourparlers sur les mécanismes et les modalités du processus de la vérification se poursuivent.

L'expérience de la mise en œuvre incomplète du PGAC (Plan global d'action conjoint sur le nucléaire iranien de 2015), notamment dans le domaine de la levée des sanctions sous la présidence de Barack Obama, a amené l'équipe iranienne dans les négociations en cours à mettre un accent particulier sur la question de la vérification.

L'objectif est que l'Iran bénéficie des avantages escomptés du PGAC et cela de manière réelle et pratique, et non pas seulement sur le papier.

Le deuxième principe sur lequel l'équipe iranienne met l'accent est l'élément de la durabilité et de la fiabilité de l'accord. Le retrait unilatéral de l'ancien Président américain, le milliardaire républicain Donald Trump, de l'accord sur le nucléaire iranien de 2015 signé sous le démocrate Barack Obama, a convaincu les Iraniens que tout accord basé sur la levée provisoire des sanctions est fragile et vulnérable en soi et ne profiterait pas donc à l'Iran.

Mercredi, plus de 100 républicains au Congrès américain se sont de nouveau dits opposés au retour des Etats-Unis à l'accord nucléaire et ont appelé à l'arrêt des pourparlers de Vienne. Ces gestes systématiques sont la raison pour laquelle la délégation iranienne insiste tant pour obtenir les garanties nécessaires.

Hier, des déclarations ont été avancées par certains médias mainstream sur la conclusion d'un prétendu accord dit "intérimaire" à l’issue des pourparlers, ce qui n'a rien à voir avec les revendications et les objectifs de la partie iranienne.

La délégation iranienne cherche, rappelons-le, un accord absolument "durable et fiable".

Interrogée sur les évolutions à Vienne, une source proche de l'équipe négociatrice iranienne a déclaré à l’IRNA : «Fondamentalement, la question d'un accord intérimaire n’a pas été soulevée dans les négociations et n'a jamais été à l'ordre du jour de l'équipe iranienne. Comme mentionné précédemment, la délégation iranienne cherche un accord durable et fiable et n’envisage aucun accord intérimaire.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

Lire aussi

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha