Leader: "Les Racines" d'Alex Haley, un roman pour comprendre les crimes des USA contre les Afro-Américains

Téhéran (IRNA)- "Ce qui se déroule ces jours-ci dans les villes américaines est le résultat des réalités qui ont toujours été cachées. Cependant, aujourd'hui, elles ont été révélées, entraînant la honte du gouvernement américain. Le peuple américain a le droit de se sentir humilié par son gouvernement.", a martelé le Guide suprême de la Révolution islamique.

« … La capture et l'asservissement des Africains a été un événement tragique de l'Histoire que l'impérialisme américain et d'autres régimes n'aiment pas qu'ils soient rappelés. La question de l'esclavage des peuples d'Afrique est du même registre. Ils traversaient l'océan Atlantique avec leurs navires qui jetaient l'ancre sur la côte de l'Afrique de l'Ouest dans des pays comme la Gambie et d'autres pays de ce continent. Ensuite, ils capturaient des centaines de milliers d'hommes et de femmes, des jeunes et des vieux, avec les fusils et d'autres armes qui n'étaient pas à la disposition de ces gens à cette époque, et les forçaient à monter sur ces navires pour les emmener en Amérique comme esclaves. Ils capturaient des gens libres qui vivaient dans leurs maisons et dans leurs propres villes. De nos jours, les noirs qui vivent en Amérique sont les descendants de ces esclaves. Pendant plusieurs siècles, les Américains ont exercé des pressions sur les noirs et il y a beaucoup de livres à ce sujet, comme le livre Les Racines, qui est un livre très utile pour comprendre une partie de ces crimes. Comment l'homme moderne d'aujourd'hui peut-il oublier ces événements alors qu'après tous ces crimes, il existe encore des discriminations entre les Blancs et les Noirs en Amérique ? »

(Extrait de discours de l'Ayatollah Khamenei, Guide suprême de la Révolution islamique prononcé le 20 novembre 2013)

Dans ce discours l'Honorable Ayatollah Khamenei fait allusion au roman Les Racines, le roman afro-américain le plus influent du XXème siècle, rédigé par Alex Haley en 1976 aux États-Unis. Le Guide suprême de la Révolution islamique d'Iran est réputé dans le monde plutôt comme un grand leader politique et ils sont rare les étrangers qui soient au courant à propos de la grande maîtrise de son Éminence dans les domaines de la littérature et de la poésie.

Mais qui est cet auteur afro-américain qui est si admiré par le Guide de la Révolution islamique? Alex Haley (1921-1992) est l'auteur afro-américain le plus lu de tous les temps. L'Autobiographie de Malcolm X (qu'il a co-écrite en 1965 avec le grand leader noir) s'est vendue à 6 millions d'exemplaires au cours de sa première décennie. Les Racines (Roots en anglais) à son tour, a été vendu au même nombre d'exemplaires seulement au cours de sa première année. En 1977, Les Racines a fait un doublé rare, en remportant les deux grands prix littéraires aux États-Unis; le Prix Pulitzer et le Prix national du livre.

En réalité, Haley a fait quelque chose qu'aucun afro-américain n'avait pu faire auparavant: il a amené les Américains à voir leur histoire sous un angle noir. Les Racines: La Saga d'une famille américaine est son interprétation fictive de 688 pages sur la généalogie de sa famille, en commençant par un africain musulman kidnappé à l'adolescence en Afrique de l'Ouest et amené aux États-Unis comme esclave au XVIIIe siècle. Haley a retracé son ascendance en Afrique et a couvert 7 générations américaines, à partir de son ancêtre africain, Kunta Kinte. Les Racines est donc un exemple du déracinement soudain d’un homme de sa patrie, de sa culture. La souffrance, la douleur et l'agonie qu'il traverse et cela parle de la lutte sans relâche pour son existence.

La parution du roman, combinée à son adaptation télévisée extrêmement populaire, Les Racines (1977), a provoqué une sensation culturelle aux États-Unis, et il est considéré comme l'une des œuvres américaines les plus importantes du XXème siècle. Le roman a passé 46 semaines sur la liste des Best Sellers du New York Times.

Le Guide suprême de la Révolution islamique s'attache toujours à la défense des afro-américains opprimés des États-Unis dont les droits sont toujours violés par les maîtres de la Maison-Blanche.

Dans le même alignement, le 3 juin 2020, lors de son discours télévisé, l'honorable Ayatollah Khamenei a évoqué la situation chaotique aux États-Unis après le meurtre d'un autre homme afro-américain par la police du Minnesota et a déclaré : «Le fait qu’un policier presse de sang-froid son genou sur le cou d’un homme noir jusqu’à ce que celui-ci s’en meure, et que les autres policiers qui le voient implorer et prier restent indifférents, n’est pas qqch de nouveau; Cela illustre la nature même du gouvernement américain » !

« Ce qui se déroule ces jours-ci dans les villes américaines est le résultat des réalités qui ont toujours été cachées. Cependant, aujourd'hui, elles ont été révélées, entraînant la honte du gouvernement américain », a noté le Guide suprême avant d’ajouter : « Le crime commis contre cet homme noir est la même chose que le gouvernement américain a fait contre le monde entier : en Afghanistan, en Irak, en Syrie, au Vietnam et de nombreux autres pays. Ce sont la nature et l’éthique du gouvernement américain qui s’affichent aujourd'hui » !

Son Éminence a également fait référence au slogan du peuple #ICantBreathe (Je ne peux pas respirer) qui peut être entendu dans les manifestations massives à travers les États-Unis. Selon l’Ayatollah Khamenei ce slogan représentait également les propos sincères de toutes les nations contre lesquelles les États-Unis ont commis de nombreuses atrocités.

  

Et d’ajouter : « Le peuple américain a tout à fait le droit de se sentir humilié et honteux par son gouvernement, en particulier leur gouvernement actuel qui a agi de la pire des manières face à son peuple, qui tue des gens tout en prétendant défendre les droits de l'homme ». « Mais cet homme noir que vous venez de tuer, n'était-ce pas un être humain? » a martelé l’Ayatollah Khamenei.

George Floyd, un homme noir de 46 ans originaire de Minneapolis, Minnesota, est décédé le lundi 25 mai après avoir été transporté à l'hôpital par la police américaine.

Au cours des quatre premiers mois de 2020, plus de 200 Américains auraient été tués par la violence policière.

Le lundi 25 mai, George Floyd, a été plaqué au sol sur le ventre et immobilisé avec un genou sur le cou. Cet homme originaire de Minneapolis, est décédé quelques minutes plus tard après avoir été transporté à l'hôpital. Quatre agents de la police de Minneapolis sont impliqués dans la mort de George Floyd. La famille de George Floyd a dénoncé un usage "excessif et inhumain" de la force et accusé la police de racisme.

Cette affaire rappelle celle d'Eric Garner, un autre homme Afro-Américain décédé en 2014 après avoir été asphyxié lors de son arrestation par des policiers blancs à New York. L'affaire avait notamment contribué à l'émergence du mouvement #BlackLivesMatter et a provoqué des émeutes massives aux États-Unis.

En 2016 aussi, la mort de Philando Castile, 32 ans, un automobiliste noir tué par un policier lors d'un banal contrôle de police avait déjà provoqué la polémique au Minnesota.

Avec http://french.khamenei.ir/

Votre commentaire

You are replying to: .
5 + 10 =