Les USA ne sont pas à la hauteur d’utiliser le mécanisme de «snapback» (Mission iranienne à l’ONU)

New York (IRNA)- Le représentant permanent de l'Iran auprès des Nations Unies, Majid Takht Ravanchi, a déclaré que les arguments juridiques de la majorité des membres du Conseil de sécurité et la conclusion de son président sont clairs, selon lesquels les États-Unis n'ont pas le pouvoir d'utiliser le mécanisme du retour des sanctions contre l’Iran.

Dans un discours prononcé lundi 31 août devant l'assemblée générale du Conseil de sécurité pour examiner un rapport annuel, Majid Takht Ravanchi évoquant certaines actions destructrices des États-Unis au Moyen-Orient, a souligné la nécessité du respect par le Conseil de sécurité et ses membres des engagements.

Il a ajouté : «Alors qu'en 2019 les crimes du régime israélien dans la répression des Palestiniens et le siège inhumain de Gaza se poursuivaient, malheureusement, le Conseil de sécurité ne faisait qu'observer cette situation. »

Evoquant la violation des eaux territoriales et de l'espace aérien iraniens par les États-Unis en 2019, l'ambassadeur d'Iran et représentant permanent auprès des Nations Unies a déclaré: "Le pays a intensifié son aventure contre l'Iran à un tel point que dans un acte terroriste directement ordonné par le Président américain les héros antiterroristes de la région, y compris le haut général Soleimani, ont été martyrisés et le Conseil de sécurité est resté silencieux, bien que la plupart des juristes aient décrit cette décision comme une violation flagrante de la Charte des Nations Unies et du droit international.

Le diplomate iranien a également énuméré les actions américaines en violation de la résolution 2231 qui endosse l’accord multilatéral nucléaire de 2015 (PGAC), affirmant que le pays, dans la continuité de ses tentatives illégales, avait présenté une résolution visant à imposer une prolongation de l’embargo sur les armes à l'Iran, mais qui a été rejetée par 13 membres du Conseil.

Il a poursuivi: « Par la suite, les États-Unis ont tenté de prétendre avoir activé le mécanisme du retour des sanctions en soumettant une lettre, mais 13 membres du Conseil de sécurité, l'Iran et le haut représentant de l'UE pour la défense et la politique étrangère, ont rejeté catégoriquement dans des lettres séparées la décision américaine »

Le représentant de l'Iran auprès des Nations Unies a ajouté : « La majorité des membres du Conseil de sécurité ont réitéré ces positions lors de la réunion virtuelle du Conseil de sécurité, et le Président a présenté sa conclusion selon laquelle il était manifeste et clair que les États-Unis ne sont plus membres du Conseil de sécurité et qui n’a pas le droit d'utiliser le mécanisme de snapback pour imposer les anciennes sanctions. 

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
5 + 4 =