Les États-Unis ont commis une grave erreur en assassinant lâchement le général Soleimani (Téhéran)

Téhéran (IRNA)- Le ministère iranien des Affaires étrangères a fermement condamné l’assassinat, en janvier, du lieutenant général Qassem Soleimani, commandant de haut rang antiterroriste, lors d’une frappe de drone en Irak, affirmant que les États-Unis avaient commis une grave erreur en faisant un geste aussi lâche.

«En assassinant lâchement le général Soleimani, les États-Unis ont commis une grave erreur», a déclaré le ministère dans un message publié mardi sur sa page Twitter officielle, à l'approche de l'anniversaire du crime.

Il a ajouté que la résolution du parlement irakien appelant le gouvernement à mettre fin au déploiement de toutes les troupes militaires étrangères sur le sol du pays arabe «est le début de la fin de la présence maligne dans notre région».

«Notre région a suffisamment souffert des interventions du régime hors-la-loi aux États-Unis», indique le communiqué.

Le lieutenant-général Qassem Soleimani, le commandant de la Force Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI), et son camarade de tranchée irakien Abu Mahdi al-Muhandis, le chef adjoint des Unités de mobilisation populaire, ont été assassinés avec leurs compagnons dans une terreur américaine. frappe de drone autorisée par le président Donald Trump près de l'aéroport international de Bagdad le 3 janvier.

Les législateurs irakiens ont approuvé un projet de loi deux jours plus tard, exigeant le retrait du pays de toutes les forces militaires étrangères dirigées par les États-Unis.

Les deux commandants sont admirés par les nations musulmanes pour avoir éliminé le groupe terroriste Daesh Takfiri parrainé par les États-Unis dans la région, en particulier en Irak et en Syrie.

L'assassinat américain a suscité une vague de condamnation de la part des responsables et des mouvements du monde entier, et a déclenché d'énormes protestations publiques dans toute la région.

Jurant une vengeance sévère, le CGRI, le 8 janvier, a pris pour cible la base aérienne américaine d’Ain al-Assad, dans la province d’Anbar, dans l’ouest de l’Irak.

Selon le département américain de la Défense, plus de 100 forces américaines ont subi des «traumatismes crâniens» lors de la contre-attaque sur la base.

Le CGRI, cependant, dit que Washington utilise le terme pour masquer le nombre d'Américains qui ont péri pendant les représailles.

L'Iran a qualifié l'attaque de missiles sur la base aérienne d'Ain al-Assad de «première gifle».

Le chef du Haut Conseil des droits de l’homme de la magistrature iranienne, Ali Baqeri-Kani, a annoncé lundi que le pays avait identifié et poursuivait 48 personnes pour avoir orchestré et conduit l’assassinat du lieutenant-général Soleimani.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha