6 janv. 2021 à 18:02
Journalist ID: 2395
Code d'info: 84176659
1 Persons
Les Américains doivent être expulsés de la région, insiste le haut commandant iranien

Téhéran (IRNA)- Le commandant du Corps des gardiens de la révolution islamique, le brigadier général de la Force Qods, Esmaeil Qaani, a averti les États-Unis qu'ils risqueraient de se venger sur leur territoire pour l'assassinat du commandant iranien, le lieutenant général Qassem Soleimani.

S'adressant à une conférence en commémoration du général Soleimani, qui s'est tenue mercredi matin à Kerman, Qaani a rappelé aux Etats-Unis que leur chute et le processus de vengeance avaient déjà commencé.

«Vous ne pouvez plus vous détendre même chez vous, et il n'est pas improbable que nous nous vengions à l'intérieur de la maison», a averti le général en chef à l'ennemi américain.

Il a conseillé au président américain sortant et aux autres responsables de l'assassinat du général Soleimani de tirer des leçons du sort de Salman Rushdie, un auteur dont la vie a été passée dans la clandestinité et sous la protection de la police à cause de son roman offensant contre l'islam «Les versets sataniques».

«Ils ne peuvent pas assassiner notre héros et vivre confortablement après», a ajouté le général.

Il a également qualifié les funérailles massives du général Soleimani de la «première gifle» que les États-Unis ont reçue au visage pour l’attaque d’assassinat, affirmant que le deuxième coup était la frappe de missiles de l’Iran sur la base américaine d’Ain al-Assad en Irak.

La prochaine gifle que les États-Unis recevront au visage est le «retrait de l'arrogance de la région», a-t-il déclaré.

La semaine dernière, le chef d'état-major des forces armées iraniennes, le général de division Mohammad Hossein Baqeri, a averti qu'une vengeance sévère attend les criminels qui ont ordonné et perpétré l'assassinat du lieutenant-général Soleimani.

Le général Soleimani, le commandant de la force Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran, avec Abu Mahdi al-Muhandis et plusieurs de leurs compagnons, ont été assassinés lors d'une frappe aérienne américaine autorisée par le président américain Donald Trump près de l'aéroport international de Bagdad le 3 janvier.

Le général Soleimani et al-Muhandis ont joué un rôle clé dans la défaite du groupe terroriste Takfiri Daech qui, à son apogée, menaçait une prise de contrôle complète de l'Irak et de la Syrie.

Les législateurs irakiens ont approuvé à l'unanimité un projet de loi le 5 janvier, exigeant le retrait de toutes les forces militaires étrangères dirigées par les États-Unis du pays suite à l'assassinat des deux commandants antiterroristes.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
5 + 9 =