La décision contre Assadollah Assadi «une violation de la Convention de Vienne de 1961» (Téhéran)

Téhéran (IRNA)- Le ministère des Affaires étrangères condamne fermement une peine de 20 ans de prison prononcée en Belgique contre un diplomate iranien comme étant totalement illégale et résultant de la chute du pays européen sous l'influence terroriste anti-iranienne des Moudjahidines-e-Khalq (OMK).

Un tribunal de la ville belge d'Anvers a rendu la sentence à Assadollah Assadi  jeudi, affirmant qu'il avait planifié une attaque supposée contre un rassemblement OMK à Paris en 2018.

Le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Saeed Khatibzadeh a répété l’affirmation de Téhéran selon laquelle toutes les procédures engagées jusqu'à présent contre le diplomate, qu'il s'agisse de son arrestation, de l'action intentée contre lui ou de la condamnation, étaient toutes «illégales» et constituaient une «violation flagrante du droit international», y compris la Convention de Vienne de 1961 sur les relations diplomatiques . La République islamique ne reconnaît aucune de ces procédures, a ajouté Khatibzadeh.

«Malheureusement, la Belgique et certains [autres] pays européens ont pris de telles actions illégales et injustifiables [contre Assadi] sous l’influence de l’atmosphère qui a été créée par le groupe terroriste hostile OMK sur le sol européen», a-t-il noté.

«La République islamique d'Iran se réserve le droit de recourir à tous les moyens juridiques et diplomatiques possibles pour faire valoir les droits de M. Assadollah Assadi et pour demander des comptes aux gouvernements qui ont violé leurs obligations internationales», a-t-il ajouté.

En juin 2018, les autorités belges ont déclaré que la police belge avait intercepté une voiture transportant des explosifs artisanaux et un dispositif de détonation, affirmant qu'Assadi avait remis les matériaux à deux personnes en Belgique plus tôt.

Assadi, lui-même, a été appréhendé en Allemagne le lendemain et a dit qu'il ne pouvait pas appliquer son immunité diplomatique.

Dimitri de Beco, l’avocat de la défense du diplomate iranien, a déclaré à l’époque que les plaignants transformaient l’affaire en un procès politique au nom du OMK.

Le OMK a mené de nombreux assassinats et attentats à la bombe contre des fonctionnaires et des civils iraniens depuis la révolution islamique de 1979. Il s'est notoirement rangé du côté de l'ancien dictateur irakien Saddam Hussein pendant la guerre de 1980-1988 qu'il avait imposée à l'Iran.

Sur les près de 17 000 Iraniens tués dans les attaques terroristes depuis la révolution islamique, environ 12 000 sont morts dans les actes de terreur de OMK.

Le groupe terroriste figurait sur la liste des organisations terroristes des États-Unis jusqu'en 2012.

Depuis, cependant, il a été fortement propagé comme un «groupe d'opposition iranien» par l'Occident et a reçu un fort lobbying favorable de l'Occident.

MKO organise des conférences somptueuses chaque année dans la capitale française, avec certains responsables américains, occidentaux et saoudiens présents en tant qu'invités d'honneur.

Il s'agit notamment de l'ancien conseiller américain à la sécurité nationale John Bolton, de l'avocat personnel de l'ancien président américain Donald Trump, Rudy Giuliani, de l'ancien Premier ministre canadien Stephen Harper et de l'ancien chef des espions saoudiens, le prince Turki al-Faisal.

Les médias occidentaux qui ont rapporté le verdict de jeudi ont qualifié le OMK de Conseil national de la résistance en Iran (CNRI). Le groupe a repris ces titres et a demandé aux médias de les répéter comme moyen de blanchir son nom d'origine associé à des atrocités sanglantes.

Le OMK a salué la soi-disant «condamnation» contre Assadian comme une «victoire».

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha