La reconnaissance par les USA de l'échec des sanctions et de la politique de pression sur l'Iran représente un «grand succès» (Rouhani)

Téhéran (IRNA)- Le président Hassan Rouhani a souligné lundi que la reconnaissance par les États-Unis de l'échec de leurs embargos et de leurs pressions contre la nation iranienne représentait une grande victoire.

Le président iranien Hassan Rouhani a déclaré que le monde et les États-Unis devront enfin lever les sanctions injustes qui ont été imposées à la nation iranienne et se soumettre à sa volonté.

«Je suis certain que le monde et les États-Unis devront se mettre à genoux devant la volonté de cette grande nation et lever des sanctions injustes», Rouhani a déclaré lundi lors d'une cérémonie d'inauguration d'un certain nombre de projets nationaux du ministère du Pétrole dans les provinces d'Ilam et de Bushehr.

Faisant référence à l'échec de la politique américaine consistant à exercer une «pression maximale» sur l'Iran sous l'administration de l'ancien président Donald Trump, le directeur général de l'Iran a déclaré: «Ce boucher et meurtrier est tombé maintenant et la nouvelle administration américaine a jusqu'à présent admis à quatre reprises que la pression maximale [politique] de l'administration précédente était erronée.»

«C'est notre plus grande réussite de l'histoire», a déclaré Rouhani, ajoutant: «Grâce à la fermeté de notre nation, ceux qui nous ont imposé ces sanctions avouent maintenant que les sanctions et les pressions n'ont servi à rien.»

En mai 2018, Trump a retiré les États-Unis de l'accord nucléaire de 2015 signé entre l'Iran et les grandes puissances mondiales, promettant qu'une «pression maximale» sur Téhéran conduirait à un meilleur résultat que de rester dans le cadre du Plan d'action global conjoint (JCPOA).

L'avenir du repère nucléaire est mis en doute depuis le retrait des États-Unis et la réimposition des sanctions «les plus dures jamais» contre l'Iran dans le cadre de sa «pression maximale», qui a tenté en vain de forcer l'Iran à retourner à la table des négociations pour des pourparlers sur une «meilleure affaire».

Malgré un soutien verbal derrière le JCPOA, les parties européennes à l’accord - la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne - ont finalement succombé à la pression de Washington et ont manqué à leurs engagements contractuels envers Téhéran, principalement en affrontant les sanctions américaines.

Cela a incité Téhéran à entamer une série de mesures de rétorsion en plusieurs étapes dans le cadre de ses droits légaux stipulés dans les articles 26 et 36 du JCPOA. La dernière mesure de ce type a été l'arrêt de la mise en œuvre du Protocole additionnel, exigé par une loi adoptée par le Parlement.

Le chef de la révolution islamique, l'ayatollah Seyyed Ali Khamenei, a déclaré le 17 février que l'Iran n'accepterait plus de promesses verbales dans le cas de l'accord nucléaire cette fois-ci et qu'il devait voir une action de la part des cosignataires, compte tenu des nombreux cas de non-conformité des contreparties auxquelles le pays a été confronté.

«Concernant le JCPOA, je devrais juste dire un mot. Nous avons entendu beaucoup de belles paroles et de promesses qui ont été violées et qui n'ont pas été tenues en action », a déclaré l'ayatollah Khamenei. «Mais cette fois-ci, [nous n'acceptons] que des actions!»

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha