23 juin 2021, 18:08
Journalist ID: 2395
Code d'info: 84380156
0 Persons
Défis et menaces de la politique étrangère iranienne

Téhéran (IRNA)- Les Iraniens ont organisé la 13e élection présidentielle et maintenant le président élu Ebrahim Raïssi peut prendre le pouvoir 45 jours après l'annonce des résultats définitifs pour faire face aux menaces et aux défis à venir.

Bien qu'il existe différentes priorités concernant les affaires intérieures, notamment l'économie, la pauvreté, la discrimination, la pandémie de coronavirus, le développement culturel, et la culture islamo-iranienne, la future administration en Iran devrait faire face à des défis régionaux et internationaux, car la République islamique est située dans une région très importante.

La nouvelle administration iranienne devrait rencontrer l'administration Biden aux États-Unis, qui tente de préserver les pressions sur l'Iran tout en tentant de revenir vers les signataires de l'accord nucléaire de 2015. D'autre part, les tensions entre la République islamique et certains pays arabes, la présence du régime sioniste dans la région et ses relations avec certains États arabes, ainsi que le retrait des forces américaines d'Afghanistan et la réémergence des talibans dans ce pays ravagé par la guerre sont parmi les principaux défis de la prochaine administration en Iran.

Avenir du JCPOA

Malgré le fait que certains diplomates iraniens ont commenté le retour des États-Unis au Plan d'action global conjoint (JCPOA) et la levée des sanctions anti-iraniennes, ainsi que la possibilité de parvenir à un consensus sur ces questions au cours des dernières semaines de la 12e administration en Iran, l'histoire du consensus avec les États-Unis et leurs alliés européens montre que si les deux parties parviennent à un accord, les hostilités et l'obstructionnisme ne prendront pas fin et la 13e administration devra faire face à de nouveaux aspects du dossier à l'avenir. L'interaction avec la Chine et la Russie dans le but d'exploiter leurs différences avec les États-Unis peut être une autre priorité de la prochaine administration iranienne pour défendre les intérêts nationaux.

Amélioration des relations arabo-iraniennes

Dans l'arène régionale, la nouvelle administration devrait essayer de résoudre les désaccords avec les nations arabes et musulmanes de la région du golfe Persique. L'administration sortante a présenté Hormuz Peace Endeavour (HOPE) et envoyé des messages à l'amiable pour changer les opinions hostiles de certains États de la région. La Russie a proposé un plan au Conseil de sécurité de l'ONU pour promouvoir les accords de sécurité régionale.

Soutenir une paix durable en Afghanistan

Certes, tenir des négociations avec le gouvernement afghan et les représentants des talibans et les exhorter à établir une gouvernance multipartite est une autre priorité de la 13e administration en Iran pour renforcer la sécurité et la stabilité dans le pays voisin. Si le retrait des forces militaires américaines d'Afghanistan entraîne la chute du gouvernement officiel ou de possibles troubles dans l'État voisin, la République islamique sera confrontée à une menace réelle, qui pourrait menacer les diplomates iraniens et les expatriés et augmenter le nombre de réfugiés afghans en Iran.

Attitude ultra-factionnelle pour protéger les intérêts nationaux

La prochaine administration iranienne devrait mettre de côté les luttes politiques et les rivalités entre factions dans le but de préparer une feuille de route pour faire face aux défis régionaux et internationaux.

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha