Le Président Raïssi demande au nouvel ambassadeur britannique qui maitrise le persan d’expliquer le sens de l’indépendance de l’Iran à Londres

Téhéran (IRNA)- Le Président Ebrahim Raïssi, recevant ce dimanche, le nouvel ambassadeur de Royaume-Uni en poste à Téhéran, Simon Shercliff, a déclaré : « L'Iran est pour la coopération avec tous les pays, mais cette coopération doit être basée sur le respect mutuel et la prise en compte des intérêts des nations, sans que l’ombre des courants hégémoniques et des systèmes de domination plane sur ces relations. »

L'ayatollah Seyyed Ebrahim Raïssi, en recevant dimanche 26 septembre les lettres de créance de Simon Shercliff qui vient de prendre la direction de l’Ambassade de Royaume-Uni à Téhéran, a qualifié les aspirations à l'indépendance et à la liberté de « slogan phare » du peuple iranien et a souligné : « Notre pays aspire à l’indépendance au vrai sens du terme. Nos aspirations à l’indépendance vont au-delà d’une simple revendication. »

« Compte tenu de votre bonne maîtrise de la langue persane, vous devriez expliquer le vrai sens de ces mots à vos hommes d'État », a déclaré le Président.

 « L'esprit d'indépendance et de liberté est inné en nation iranienne et chaque fois que le peuple iranien s’perçoit que d’autres pays tentent de l’intimider, il refuse de se soumettre et réagit », a déclaré le Président Raïssi toujours lors de l’audience accordée au diplomate britannique.

Le Chef du gouvernement iranien insistant sur le fait que la meilleure façon de travailler et de coopérer avec l'Iran est d'observer le principe de « respect mutuel », a indiqué que la République islamique ne tolère jamais les diktats ni les paroles injustes.

 Il revient à l'Europe et à l'Occident de reconnaitre, à partir de leurs expériences, la ligne politique de l’Iran, celle d’ « un pays indépendant », a encore déclaré M.Raïssi.

Le chef du 13e gouvernement iranien a déploré le fait qu'aujourd'hui la question des droits de l'homme se soit transformée en une arme politique pour porter des coups aux pays ciblés.

« Nous considérons qu'il est de notre devoir de respecter les droits humains, et cela au nom de nos croyances religieuses, et vous savez très bien, comment traitent leurs peuples, la plupart de ceux qui se posent en défenseur des droits de l’homme », a insisté M.Raïssi.

S'adressant toujours au nouvel ambassadeur britannique à Téhéran, à qui la langue et la culture persane sont familières, le Président de la RII lui a demandé de transmettre les réalités de l’Iran de manière « digne et réaliste » à son pays respectif.

Pour sa part, Simon Shercliff qui représente désormais le Royaume-Uni en Iran, a déclaré qu'il s’agit de son deuxième séjour en Iran en tant que diplomate et qu’il a regagné le pays après 20 ans.

« J'ai une bonne expérience et connaissance de l'Iran et mon objectif principal est d'essayer d'améliorer les relations entre les deux pays en adoptant une approche positive et constructive », a insisté l’ancien conseiller de l'ambassade britannique à Téhéran.

Se référant à l'histoire des relations anglo-iraniennes, M.Shercliffe a émis l’espoir de voire une nouvelle ère se créer dans les relations Téhéran-Londres ajoutant ne ménager « aucun effort » pour la valorisation et la promotion de cet objectif.

Le nouvel ambassadeur britannique en Iran qui a remplacé Rob Macaire a également travaillé en Irak, en Afghanistan, au Yémen, au Nigeria et à Washington. Diplômé de l'Université de Cambridge, il était le deuxième conseiller de l'ambassade britannique à Téhéran entre 2000-2003.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha