Les États-Unis versent des armes partout dans le monde tout en demandant un embargo sur les armes contre l'Iran (Zarif)

Téhéran (IRNA)- Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a répondu aux tentatives de son homologue américain de faire avancer un plan de prolongation de l'embargo des Nations Unies sur les armes contre l'Iran, disant que les États-Unis déversaient des armes partout dans le monde car ils sont le premier initiateur de guerre au monde.

Dans un article publié samedi sur son compte Twitter, Zarif a décrit les États-Unis comme le plus gros dépensier militaire du monde, vendeur d'armes, initiateur et instigateur de guerre et profiteur de conflits.

Il a déclaré que même si les États-Unis étaient depuis longtemps le numéro un des dépenses militaires et du vendeur d'armes dans le monde, son secrétaire d'État Mike Pompeo est «apparemment inquiet pour l'Iran».

«Pourtant, @SecPompeo est apparemment si inquiet pour l'Iran - un énorme client d'armes américain jusqu'en 1979 - qu'il verse des armes partout dans le monde», a-t-il ajouté.

Un rapport du New York Times du 26 avril a déclaré que Pompeo prévoyait d'invoquer une disposition d'un accord nucléaire international approuvé par l'ONU, que Washington avait quitté en 2018, dans le but de prolonger au-delà d'octobre l'embargo sur les armes en vigueur contre l'Iran depuis 2006. / 2007 ou amener l’organisme mondial à imposer des sanctions encore plus sévères à la République islamique.

La levée de l'embargo sur les armes imposé par l'Iran est basée sur l'accord nucléaire - officiellement connu sous le nom de Plan d'action global conjoint (JCPOA) - signé entre Téhéran et les grandes puissances mondiales en 2015.

Au mépris des critiques mondiales, les États-Unis se sont retirés unilatéralement du JCPOA, que le président Donald Trump a qualifié de «pire accord de tous les temps», en mai 2018 et ont réimposé les sanctions anti-Iran.

L'ambassadeur de l'Iran auprès des Nations Unies, Majid Takht Ravanchi, a déclaré mercredi que l'affirmation selon laquelle les États-Unis sont toujours partie à l'accord qui leur permet d'invoquer une sanction des sanctions sous certains prétextes n'est rien d'autre qu'une «blague sans précédent».

«Les membres du Conseil de sécurité devraient tenir compte du fait que toute mesure visant à contrer la levée de l'embargo sur les armes imposé par l'Iran viole la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations unies», a déclaré le diplomate iranien à l'Agence de presse de la République islamique (IRNA).

Des sources diplomatiques aux Nations Unies ont déclaré que Washington avait un défi de taille à relever au Conseil de sécurité s’il demandait une prolongation de l’embargo sur les armes imposé par l’organisme mondial à l’Iran.

Un responsable américain, qui s'exprimait sous couvert d'anonymat, a déclaré que Washington avait partagé sa stratégie avec la Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne, qui sont des États membres permanents du Conseil de sécurité et parties à l'accord avec l'Iran.

Les diplomates ont déclaré que le plan n'avait pas été partagé avec les 11 autres membres du conseil, y compris la Russie et la Chine, détenteurs d'un droit de veto, les deux autres signataires du JCPOA qui sont certains de s'opposer à l'embargo sur les armes imposé à l'Iran.

Le chef de la politique étrangère de l'Union européenne a également déclaré jeudi que les États-Unis n'étaient plus partie au JCPOA, soulignant les limites auxquelles Washington était confronté dans sa tentative avouée de prolonger l'embargo sur les armes dans le cadre de l'accord contre Téhéran.

https://twitter.com/Irnafrench

9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
8 + 2 =