Iran : utilisation de bioréacteurs à membrane dans le traitement de l'eau des champs pétrolifères

Téhéran (IRNA) - Une diplômée de l'Université de Technologie d'Amirkabir, à Téhéran, malgré les sanctions et les défis à venir, a présenté un projet réussi et pratique intitulé « L’utilisation de bioréacteurs à membrane dans le traitement de l'eau des champs pétrolifères », ce qui a été une grande réalisation pour l'Iran islamique.

Evoquant l'impact des sanctions sur la recherche universitaire et les problèmes auxquels sont confrontés les chercheurs, elle a déclaré : « Les sanctions ont eu un impact négatif sur les activités des laboratoires dans le domaine du génie chimique et de la recherche universitaire. Les étudiants sont confrontés à des restrictions d'accès aux produits chimiques et à l'équipement de laboratoire et à la hausse des prix. »

Le bioréacteur à membranes est l’association d’un réacteur biologique et d’une séparation physique par des membranes poreuses. En traitement des eaux usées, ce procédé multifonctionnel offre des résultats intéressants, en terme de qualité et de fiabilité du traitement, mais sa mise en œuvre requiert la connaissance de quelques outils pour la .maîtrise des processus physiques et biologiques spécifiques. Le bioréacteur à membranes est aujourd’hui une réalité industrielle

La chercheuse de l'Université de technologie d'Amirkabir a souligné que la moyenne mondiale de la production d'eau est trois fois supérieure à celle de la production pétrolière et qu'en Iran, pays riche en pétrole, le volume de cette production d'eaux usées est élevé. Comme notre pays a un climat sec, le besoin en eau du pays s’avère important. »

« Le traitement de ces eaux usées revêt une importance particulière en Iran. La méthode biologique est également très considérée en tant qu’une méthode pro-écologique parmi diverses méthodes de traitement », a-t-elle fait remarquer.  

Votre commentaire

You are replying to: .
6 + 4 =