Les pays signataires de l'accord nucléaire iranien ont exprimé leur soutien au retour des États-Unis

Téhéran (IRNA)- Les États membres restants à un accord nucléaire entre l'Iran et les puissances mondiales, officiellement connu sous le nom de Plan d'action global conjoint (JCPOA), ont réitéré leur engagement à préserver l'accord et souligné leurs efforts respectifs à cet égard.

L'annonce fait suite à une réunion ministérielle de l'E3 / UE + 2 - France, Allemagne, Grande-Bretagne, Chine, Russie et Iran, qui s'est tenue virtuellement lundi. La réunion était présidée par le chef de la politique étrangère de l’Union européenne, Joseph Borrell.

Les participants ont déclaré que la mise en œuvre complète et efficace du JCPOA par tous les signataires reste "cruciale", soulignant la nécessité de relever les défis en cours dans la voie de la mise en œuvre de l'accord, y compris la non-prolifération nucléaire et la levée des sanctions.

"Les ministres ont souligné le rôle important de l'AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique) en tant que seule organisation internationale impartiale et indépendante mandatée par le Conseil de sécurité de l'ONU pour surveiller et vérifier la mise en œuvre des engagements de non-prolifération nucléaire dans le cadre du JCPOA", indique le communiqué, appelant à la poursuite de la "coopération de bonne foi" avec l'agence.

Selon la déclaration, les participants ont réitéré une fois de plus que le JCPOA, qui a été approuvé par la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations Unies, est un << élément clé de l'architecture mondiale de non-prolifération nucléaire et une réalisation significative de la diplomatie multilatérale qui contribue à la sécurité internationale. "

Les six ministres des Affaires étrangères ont également réitéré leur «profond regret» concernant le retrait unilatéral du président américain Donald Trump de l'accord et souligné que la résolution 2231 restait pleinement en vigueur.

Ils ont également convenu de poursuivre le dialogue "pour assurer la pleine mise en œuvre du JCPOA par toutes les parties".

Soulignant la perspective du retour des États-Unis à l'accord multilatéral, les ministres ont souligné qu'ils étaient prêts à aborder positivement la question dans un effort conjoint.

c'est la dernière chance de sauver le JCPOA (Zarif)

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, s'est rendu sur Twitter plus tard lundi, disant qu'au cours de la réunion, il a rappelé aux participants restants du JCPOA que c'était la «dernière chance pour l'E3 / UE de sauver le JCPOA».

Notant que «les données commerciales Iran-UE 2014-2019 prouvent que l'E3 / UE a gravement enfreint ses obligations dans le cadre du JCPOA», a ajouté le haut diplomate iranien, «E3 partage le blâme avec les États-Unis pour un préjudice irréparable aux Iraniens.

Les crises et les armes de notre région sont principalement importées des États-Unis / E3. Mais nous avons collectivement décidé d'exclure ces problèmes , a déclaré Zarif,« tous doivent revenir à une conformité effective au JCPOA. »

Trump, un critique féroce de l'accord nucléaire historique, a unilatéralement retiré Washington de l'accord en mai 2018 et a déchaîné les sanctions «les plus sévères jamais» contre la République islamique au mépris des critiques mondiales.

À la suite de sa sortie très critiquée, Washington a tenté d'empêcher les signataires restants de respecter leurs engagements et de tuer ainsi l'accord historique, largement considéré comme le fruit de la diplomatie internationale.

Dans une interview accordée au journal en langue persane Hamshahri, publiée dimanche, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré que l'accord nucléaire historique avait été approuvé par la résolution 2231 et que tous les États membres de l'ONU étaient tenus de le mettre en œuvre.

Saeed Khatibzadeh a ajouté que les États-Unis, qui étaient signataires de l'accord sur le nucléaire «ont mis unilatéralement fin à leur adhésion et, après cela, ont violé outrageusement la résolution 2231 en s'abstenant de mettre en œuvre leurs propres engagements et en empêchant d'autres signataires de respecter les leurs.

S'exprimant lors de la 17e Commission mixte du JCPOA via une vidéoconférence virtuelle mercredi, le vice-ministre iranien des Affaires étrangères des Affaires politiques, Abbas Araqchi, a déclaré que la sauvegarde de l'accord n'était pas un travail individuel, exhortant les autres signataires à respecter leur part de l'accord.

«L'Iran ne peut pas assumer tous les coûts de mise en œuvre du JCPOA et le comportement illégal d'autrui, et d'autres doivent payer le prix de la protection du JCPOA», a-t-il ajouté «Les partis européens veulent toujours que seul l'Iran fasse preuve de retenue envers tous les comportements illégaux et hostiles, qu'il s'agisse de sanctions américaines ou d'actes de sabotage à Natanz et d'assassinat de ses scientifiques nucléaires.»

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha