Le ministre iranien de l'Énergie en Irak afin de discuter de la manière de développer des liens sous la pression américaine

Téhéran (IRNA)- Le ministre iranien de l'Énergie, Reza Ardakanian, s'est rendu mardi en Irak à la tête d'une délégation pour discuter «des capacités et des moyens de développer la coopération économique et commerciale entre Téhéran et Bagdad.

Lors de sa visite officielle, le ministre iranien a discuté avec des responsables irakiens des préparatifs de la réunion de la Commission mixte de coopération économique entre les deux pays, qui sera accueillie par l'Iran ce mois-ci, indique le communiqué.

«Dans les semaines à venir, Téhéran accueillera une réunion du Haut-Commissariat conjoint Iran-Irak pour la coopération économique et commerciale après une interruption de six ans», a-t-il déclaré aux journalistes à Bagdad après avoir rencontré son homologue irakien Alaa Ahmed al-Jubouri.

«Une délégation du gouvernement irakien assistera au sommet et tiendra des consultations constructives avec le gouvernement iranien et le secteur privé pour développer davantage les relations bilatérales», a-t-il ajouté.

Jubouri a déclaré que le but de la réunion de Bagdad était de jeter les bases de la tenue de la prochaine réunion de leur commission conjointe à Téhéran avec le plus de succès possible, à laquelle assistera une délégation de haut rang du gouvernement irakien.

Samedi, le ministre des Coopératives, du Travail et de la Protection sociale, Mohammad Shariatmadari, a déclaré qu'une feuille de route quinquennale pour une coopération conjointe entre l'Iran et l'Irak avait été préparée, espérant que les questions conjointes entre les deux pays seraient finalisées lors de la réunion.

Le mois en cours a été marqué par une série de mesures de va-et-vient alors que les deux voisins se préparent également à marquer le premier anniversaire de l'assassinat par les États-Unis du légendaire commandant anti-terroriste iranien, le général Qassem Soleimani, et de son camarade irakien Abu Mahdi al-Muhandis.

Auparavant, le gouvernement irakien avait fermé la frontière clé de Shalamcheh avec l'Iran, la qualifiant de mesure de précaution contre la propagation d'une nouvelle souche de coronavirus. Les autorités l'ont rouvert deux jours plus tard sans aucune explication après avoir initialement déclaré que les frontières resteraient fermées pendant deux semaines.

Les relations entre l'Iran et l'Irak ont de nombreux détracteurs. Les États-Unis, qui considèrent l’Iraq comme son État soumis après avoir envahi le pays riche en pétrole en 2003 et l’occupant pendant des années, sont agacés par la dépendance de Bagdad à Téhéran pour l’énergie et d’autres produits de base.

Le gaz naturel d’Iran produit jusqu’à 45% de l’électricité irakienne. L'Iran transmet directement 1 200 mégawatts supplémentaires. Les États-Unis ont dû accorder à plusieurs reprises des dérogations de sanctions à l'Irak pour continuer les importations en provenance d'Iran, tout en essayant de faire appel à ses entreprises et alliés tels que l'Arabie saoudite pour remplacer la République islamique comme source d'énergie.

La dernière dérogation pour une période raccourcie de 45 jours est intervenue le mois dernier.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha