Le « spectacle » du Conseil des droits de l'homme ne redonne pas le sourire à l’humanité

Téhéran (IRNA)- « Ces réunions ne pourront mettre un sourire sur les lèvres de l'humanité tant que ne sont pas retirés, par les nations libres, les pieds des gouvernements autoritaires qui pressent la gorge des droits de l'homme. », a déclaré ce lundi le Secrétaire du Haut Conseil iranien pour les droits de l'homme, Ali Baqeri Kani.

Faisant référence à l’ouverture ce lundi de la 46e session du Conseil des droits de l'homme de l'ONU, Ali Baqeri Kani a écrit sur sa page Twitter : « Le festival du Conseil des droits de l'homme démarre aujourd'hui à Genève, mais les femmes et les enfants yéménites et palestiniens sans abri n'ont aucun espoir de voir la fin de la violation tragique de leurs droits humains ».

Le Conseil des droits de l’homme de l'ONU a entamé lundi sa 46ème session ordinaire, cette année virtuelle pour cause de la pandémie du Covid-19.

La session qui se poursuivra jusqu'au 23 mars débute par des allocutions prononcées en ligne par le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, le Président de l’Assemblée générale des Nations Unies, Volkan Bozkir, la Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, ainsi que le Chef du Département fédéral des affaires étrangères de la Suisse, Ignazio Cassis.

La réunion abordera des questions telles que les droits de l'enfant, le droit à la santé dans les situations d'urgence, l'accès équitable aux vaccins, la lutte contre la discrimination raciale, le droit à l'alimentation, le droit à l'environnement, le droit à un logement convenable et le renforcement des les droits des personnes handicapées.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

9468**        

Votre commentaire

You are replying to: .
3 + 9 =