27 janv. 2022, 11:09
Journalist ID: 3058
Code d'info: 84628291
T T
0 Persons

Tags

L'instabilité des délégations occidentales au huitième cycle des pourparlers

Téhéran (IRNA) - Les pays occidentaux présents aux pourparlers de Vienne parlent de la nécessité d'accélérer les pourparlers ces jours-ci.

Selon le correspondant de politique étrangère de l'IRNA, les pourparlers de Vienne se sont poursuivis hier comme d'habitude, avec des réunions bilatérales, multilatérales et d'autres réunions au niveau des experts se poursuivant parallèlement aux pourparlers des négociateurs principaux et aux discussions sur les questions restantes et aux réunions de rédaction de texte.

Ali Bagheri Kani, négociateur en chef de l'Iran, a rencontré mercredi Mikhail Ulyanov, représentant de la Russie dans les pourparlers, et Enrique Mora, secrétaire général adjoint du service d'action extérieure de l'Union européenne, chargé de coordonner les réunions.

Hier soir, après d'intenses consultations à Vienne, une réunion s'est tenue avec les chefs et représentants de l'Iran, de l'Union européenne et du groupe P4+1 dans le but de poursuivre la rédaction du texte à l'hôtel Coburg.

Les délégations de négociation Iran-Chine ont également rencontré les principaux négociateurs des deux pays lors de la dernière réunion de mercredi.

Mais les partis et les médias occidentaux tentent de renverser les faits et de s'en servir comme levier pour faire pression sur notre pays en créant une ambiance médiatique et en présentant de faux enjeux et enjeux.

Parmi ces développements, mardi, la ministre britannique des Affaires étrangères Liz Truss, dans un commentaire non constructif et contradictoire sur ce qui se passe dans le processus de négociation, sans évoquer le retrait unilatéral des États-Unis du JCPOA en 2018, a affirmé que les négociations approchaient de l’impasse.

La nouvelle ministre britannique des Affaires étrangères a implicitement menacé la langue au milieu des négociations, alors que les pourparlers avançaient et continuaient à travailler dur sur les textes, en adoptant une approche non constructive.

La ministre britannique des Affaires étrangères, dans une affirmation non constructive et contradictoire sur ce qui se passe dans le processus de négociation, a affirmé que les négociations approchaient d'une impasse dangereuse.

S'adressant aux membres du Parlement britannique, elle a ajouté : « Ces négociations sont urgentes et les progrès n'ont pas été assez rapides. »

Liz Truss a déclaré que la Grande-Bretagne continuerait à travailler en étroite collaboration avec ses alliés sur les pourparlers, mais que les négociations atteignaient une impasse dangereuse.

La même confusion s’affiche aussi dans l’équipe américaine présente dans les coulisses des négociations nucléaires, le Wall Street Journal a cité des sources informées disant que deux autres membres de l'équipe de négociation, dirigée par le représentant spécial américain pour l'Iran Robert Malley, avaient quitté l'équipe en raison d'un désir d'une position plus dure dans les négociations.

Le sioniste Richard Nephew, par qui sont venues quelques 6.000 cas de sanctions décrétées a quitté ce vendredi l'équipe de négociation américaine à Vienne.

Avec son départ c'est toute une époque qui prend fin, époque où les sanctions parvenaient à changer les régimes politiques ou qu'elles poussaient les États en place à se soumettre aux diktats des sanctionnées. Son limogeage montre l'échec de la politique de sanctions de la Maison-Blanche.

Cependant, si les partis européens renoncent à certaines exigences irréalistes, notamment dans le domaine de la recherche et du développement nucléaires, et si les États-Unis, comme ils le prétendent verbalement, s'opposent réellement à la politique de pression maximale et mettent fin à cette politique anti-iranienne, dans ce cas, il n’y aura aucune impasse dans les pourparlers, et un accord peut être trouvé dans un délai convenable.

La délégation de la République islamique d'Iran est sérieusement impliquée dans les négociations et souligne que si la partie adverse est prête à lever les sanctions, le temps pour parvenir à un accord final sera court.

La vérification de la levée des sanctions et la fourniture de garanties sur lesquelles l'Iran insiste sont deux questions importantes dans le processus de négociation de Vienne. Les pourparlers ont progressé, reconnaissent les négociateurs, mais la conclusion d'un bon accord dépendra des décisions politiques précises de Washington sur la question de la levée des sanctions.

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha