4 juil. 2020 à 23:54
Journalist ID: 2395
Code d'info: 83844301
0 Persons
38 ans depuis l'enlèvement du caméraman de l'IRNA et de 3 diplomates iraniens à Beyrouth

Téhéran (IRNA)- Le 5 juillet 1982, il marque le douloureux anniversaire de l'enlèvement du photojournaliste de l'Agence de la République islamique de l'Iran (IRNA) Kazem Akhavan et de 3 diplomates iraniens à Beyrouth par des agents du régime sioniste, qui a 38 ans.

Les quatre diplomates sont: Le chargé d'affaires de la République islamique d'Iran au Liban, Mohsen al-Moussawi, le premier secrétaire de l'ambassade, Ahmed Mossalian, et l'employé de l'ambassade, Taqi Rastaqar Muqaddam, et un collègue journaliste à l'Agence de la République islamique (IRNA) Kazem Akhavan.

Vendredi dernier, le ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré que les preuves disponibles confirmaient que les diplomates enlevés avaient été extradés et transférés à Israël  et se trouvaient actuellement dans les prisons du régime l'occupation; soulignant de poursuivre les efforts visant à déterminer leur sort.

La déclaration a souligné que, compte tenu de ces preuves et sur la base du fait que le Liban était plus en sécurité sous l'occupation sioniste soutenue par les États-Unis, la République islamique d'Iran porte l'entité occupante et ses protections pleinement responsables politiquement et légalement de cet enlèvement terroriste.

Le communiqué ajoute: «Bien que de nombreuses années se soient écoulées depuis cette étape criminelle et terroriste, la communauté internationale et les organisations qui prétendent défendre les droits de l'homme n'ont malheureusement pris aucune mesure décisive contre le crime, alors que le régime sioniste, qui continue de soutenir les États-Unis dans ses crimes et sa violation du droit international, renie sa responsabilité dans cette affaire.

L'ambassadeur d'Iran à Beyrouth, Jalal Firouzenia, a également été examiné lors d'une cérémonie organisée par l'ambassade de la République islamique d'Iran au Liban, en commémoration du 38e anniversaire de l'enlèvement des quatre diplomates iraniens, l'enlèvement est un crime majeur, contraire à toutes les valeurs humaines, aux normes diplomatiques et aux conventions internationales.

Les diplomates iraniens kidnappés sur le territoire libanais, et sur la base de certaines informations disponibles dans ce domaine, ont été remis à Israël, qui élude toujours ses responsabilités à l'égard de ce crime.

Firouznia a appelé le gouvernement et toutes les autorités concernées à poursuivre le dossier sérieusement, dans le but de poursuivre le parti de l'enlèvement sous la juridiction des lois en vigueur, en tenant le régime sioniste occupante les responsabilités légales, juridiques et politiques de cet acte terroriste et de toutes ses conséquences.

L'enlèvement

Le 5 juillet 1982, les quatre diplomates iraniens se rendaient à leur lieu de travail à Beyrouth, en provenance de Tripoli à travers la côte nord, et sous la protection de la police libanaise, lorsqu'ils ont atteint la zone de Jisr Al-Makfoun, où les milices des «Forces libanaises» érigeaient une barrière de sécurité. Là, connue sous le nom de «Barrière Barbara», sur cette barrière, les éléments du point de contrôle ont expulsé la patrouille de police qui l'accompagnait, enlevé les diplomates iraniens et les ont transportés au siège principal du parti des «Forces libanaises» dans la localité de Karantina à Beyrouth.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
9 + 9 =