Les États-Unis ne doivent pas être autorisés à représenter l'Iran comme une menace pour la sécurité (Araqchi)

Téhéran (IRNA)- Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Abbas Araghchi, a déclaré que toute décision qui identifierait l'Iran comme une menace pour la communauté internationale ne profiterait qu'aux États-Unis.

«Nous ne devons pas permettre aux États-Unis de représenter de nouveau l'Iran comme une menace pour la sécurité», a déclaré Araghchi lors d'une réunion des hauts responsables du ministère des Affaires étrangères en présence lundi du premier vice-président iranien Eshaq Jahangiri à Téhéran.

«Nous sommes désormais engagés dans un domaine politique, économique et juridique avec les États-Unis dans le cadre de sa politique de pression maximale. Cette politique a été lancée il y a trois ans et demi par le président américain Donald Trump et un an après la mise en œuvre du JCPOA», a ajouté le vice-ministre iranien des Affaires étrangères.

Araghchi a rappelé que le but de la politique de pression maximale était de forcer l'Iran à signer un nouvel accord qui, de l'avis des Américains, n'aurait pas les défauts du JCPOA.

«En réaction à la politique de pression maximale des États-Unis, la politique de l'Iran était la résistance maximale et l'a désormais transformée en résistance active», a-t-il ajouté.

Araghchi a réitéré qu'en ce moment, les États-Unis poussent l'Iran au Conseil de sécurité, ce qui est un jeu dangereux, et a déclaré: «Si nous tombons dans ce jeu, il y aura des pertes stratégiques pour l'Iran».

Les Etats-Unis poursuivent cet objectif de plusieurs manières, a-t-il déclaré, ajoutant que l'un d'eux est le Conseil des gouverneurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique.

«Les Israéliens ont affirmé qu'ils détenaient des documents contre l'Iran selon lesquels l'AIEA aurait formulé certaines demandes sur la base de ces faux documents.»

Le vice-ministre des Affaires étrangères a ajouté que l'AIEA a créé «un jeu très complexe contre nous et a émis des résolutions contre l'Iran sous la pression américaine, et il est possible que le cas de l'Iran soit renvoyé au Conseil de sécurité à la prochaine réunion du Conseil des gouverneurs de l'AIEA ».

Araghchi a déclaré que l'autre plan des États-Unis contre l'Iran est d'activer le mécanisme de déclenchement et de prolonger l'embargo sur les armes, et a souligné que sous le Conseil de sécurité des Nations Unies, l'embargo sur les armes serait levé le 17 octobre. Les États-Unis se mobilisent depuis des mois pour relancer les sanctions et les faire revivre en vertu d'une résolution de 1929 autorisant tous les pays à inspecter l'Iran.

Selon Araghchi, le ministère des Affaires étrangères s'est fixé deux objectifs dans le cadre d'une résistance maximale; L'une est d'aider les besoins économiques du pays et la seconde est d'empêcher un consensus (international) contre l'Iran.

Le vice-ministre des Affaires étrangères a déclaré que l'une des réalisations du JCPOA était l'élimination du consensus sur la sécurité selon lequel les États-Unis et les Israéliens y avaient travaillé dur au fil des ans.

«Notre objectif au cours des derniers mois a été d'empêcher la réconciliation de ce consensus. Deux ou trois fois, ils ont tenté de porter le cas de l'Iran devant le Conseil de sécurité. Deux ou trois fois en dehors du Conseil de sécurité, lors de réunions telles que le sommet de Varsovie, ils ont fait un tel effort que nous les avons également affrontés», a-t-il ajouté.

Votre commentaire

You are replying to: .
2 + 14 =