L'Iran affirme que les récents incendies n'ont rien à voir avec des cyberattaques

Téhéran (IRNA)- Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a rejeté les affirmations selon lesquelles les récents incendies en Iran auraient été causés par des cyberattaques, mais a déclaré que le pays se réservait le droit de fournir une réponse «appropriée» à une telle opération à l'avenir.

S'adressant aux journalistes jeudi, Abbas Mousavi a déclaré que des milliers de cyberattaques ciblaient quotidiennement l'infrastructure iranienne et que la plupart d'entre elles étaient repoussées par les systèmes de défense du pays et les équipes de réponse aux cyberincidents.

Les cyberattaques, qui ont ciblé les infrastructures du pays au cours des derniers mois, ont même eu «une dimension plus large», a déclaré le responsable, ajoutant que l'analyse a montré plus tard que les attaques avaient été parrainées ou menées par les gouvernements.

«Heureusement, les agresseurs n’ont pas réussi à atteindre leurs principaux objectifs dans ces attaques. Grâce à des enquêtes électroniques techniques et médico-légales, les experts nationaux ont identifié les gouvernements soutenant et menant les attaques, ainsi que les groupes qui les ont supervisés », a déclaré Mousavi.

Le porte-parole a également été interrogé sur la question de savoir si les récents incendies en Iran avaient été causés par des cyberattaques, étant donné l'ordre secret du président américain Donald Trump qui donnait à la Central Intelligence Agency (CIA) plus de pouvoirs pour entreprendre de telles activités.

«Non»,répondit-il. «Les récents incendies n'ont rien à voir avec des cyberattaques. En ce qui concerne l'ordre de M. Trump, il est tout à fait naturel de dire qu'à partir de maintenant, le gouvernement américain sera le principal suspect derrière tout cyber raid sur l'Iran, sauf preuve du contraire.»

Citant d'anciens responsables américains ayant une connaissance directe de la question, Yahoo News a rapporté plus tôt ce mois-ci que la CIA avait mené une série de cyber-opérations secrètes contre l'Iran et d'autres cibles après que Trump a émis l'autorisation secrète en 2018.

L'ordonnance permet à la CIA d'autoriser plus facilement ses propres cyberattaques secrètes, plutôt que d'exiger de l'agence d'espionnage qu'elle obtienne l'approbation de la Maison Blanche.

Ailleurs dans ses remarques, Moussavi a souligné que l’Iran poursuivra «l’ordre illégal et criminel» de Trump au niveau international, ajoutant que «nous nous réservons le droit à une défense légitime ainsi qu'à une réponse appropriée et appropriée à toute agression et tout dommage causé à notre pays par des cyberattaques ou non.»

Il a noté que la République islamique peut utiliser le cyberespace ou d'autres outils de guerre dans sa réponse aux cyberattaques. «Permettez-moi de préciser que la revendication officieuse de la responsabilité de tout incident qui se produit dans notre pays ou de bluffs vides (à leur sujet) par d'autres montre que leur désespoir est à son apogée" et que leurs mains sont liées pour traiter avec l'Iran», a-t-il ajouté.

Mousavi a ajouté que «les incendies limités dans les forêts, les raffineries, etc., en particulier en été, ne sont ni étranges ni spécifiques à cette année.»

Une chaîne d'incendies et d'explosions de gaz s'est produite en Iran a été largement médiatisée ces dernières semaines. Les médias israéliens et occidentaux ont tenté d'attribuer les incidents à Tel-Aviv et à son fidèle allié Washington, affirmant que ces événements pourraient être un changement de stratégie dans le traitement de Téhéran après l'échec de la soi-disant campagne de «pression maximale» américaine à faire capituler l'Iran.

Les responsables iraniens ont rejeté presque toutes les attributions et ont déclaré que les incendies signalés dans différentes installations à travers le pays n'avaient pas été causés délibérément.

Une enquête est cependant en cours sur un incident au début du mois qui a causé des dommages à un hangar en construction au complexe nucléaire de Natanz, dans le centre de l'Iran.

Récemment, un utilisateur de Twitter a étudié les incendies et les explosions en Iran au cours de deux périodes similaires en 2019 et 2020, et a conclu qu'il n'y avait pas eu d'augmentation de ces incidents au cours des derniers mois contrairement aux affirmations des médias.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Lire aussi

Votre commentaire

You are replying to: .
2 + 0 =