25 juil. 2020 à 11:14
Journalist ID: 3058
Code d'info: 83883547
0 Persons

Tags

Poursuite judiciaire contre la "piraterie aérienne" des USA

Téhéran (IRNA) – "L'attaque américaine contre un avion de passagers iranien est un exemple clair de piraterie aérienne.", a déclaré le chef adjoint de la Justice iranienne.

Se référant à la violation systématique et flagrante des règles internationales par le régime américain, Ali Bagheri Kani, a déclaré: "L'attaque du commandement terroriste militaire des États-Unis contre un avion civil iranien au-dessus de la Syrie viole la sécurité aérienne. C'est aussi une violation de la liberté de vol des aéronefs civils, ainsi qu'une violation des principes fondamentaux des droits humains internationaux."

Le secrétaire général du Haut Conseil des droits de l'homme de la République islamique d'Iran a souligné: "L'attaque d'hier soir contre un avion civil iranien par des avions de chasse du commandement terroriste militaire des États-Unis n'était pas la première violation par le régime américain contre les droits du peuple iranien. "L'attaque des drones américains contre la délégation iranienne dans l'aéroport de Bagdad en janvier 2020, l'attaque par missile d'un navire de guerre américain contre un avion de passagers d'Iran Air au-dessus du golfe Persique en juillet 1988, ainsi que l'interception et le harcèlement d'un avion de la compagnie iranienne Aseman en mai 2017, indiquent que la "violation systématique" de la liberté de l'aviation civile et de la sécurité aérienne est devenue un crime habituel pour les États-Unis."

Bagheri Kani a ajouté: "Le silence et la passivité face à la menace américaine contre les vies humaines et leurs droits, ainsi que la violation flagrante des normes internationales, non seulement augmenteront l'arrogance des États-Unis, mais remettront également en question l'existence même de ces organisations et institutions internationales." 

Jeudi soir, deux F-15 américains ont effectué des manœuvres agressives et dangereuses à proximité du vol de Mahan Air dans un acte de piraterie aérienne.

Le vol 1152 de Mahan Air avait décollé de Téhéran et se dirigeait vers la capitale libanaise lorsque cette attaque s’est produite au-dessus de la région syrienne al-Tanf.

Plus tôt, le ministre des Affaires étrangères Zarif a tweeté sur ce sujet: "Les États-Unis occupent illégalement le territoire d'un autre État et harcèlent ensuite un avion de ligne civil régulier - mettant en danger des passagers civils innocents - ostensiblement pour protéger leurs forces d'occupation. Audace pour aggraver l'anarchie sur l'illégalité. Ces hors-la-loi doivent être arrêtés avant la catastrophe. "

Suivez l'IRNA francophone sur Twitter @Irnafrench

Tags

Lire aussi

Votre commentaire

You are replying to: .
1 + 9 =