1 déc. 2020 à 19:49
Journalist ID: 2395
Code d'info: 84131672
0 Persons
L'assassinat du scientifique iranien et le silence du président américain élu

Téhéran (IRNA)- Les pays occidentaux, qui prétendent continuer à défendre les droits de l'homme, n'ont pas, dans le cadre de leurs positions habituelles et fausses, condamné l'assassinat de l'éminent scientifique iranien, le martyr Mohsen Fakhrizadeh. En plus de cela, le silence du président élu américain Joe Biden et de son équipe à propos de ce crime, qui a soulevé plus de doutes et de spéculations.

Et ce qui a été le plus rapporté par les médias occidentaux après l'assassinat du martyr Fakhrizadeh, qui est également lié à la prochaine administration américaine, c'est que le régime sioniste cherche à soutenir Trump et son administration qui s'efforcent d'endiguer toute tentative de construction de la diplomatie entre le prochain gouvernement à Washington avec Téhéran. Ceci est à la lumière de l'annonce précédente de Biden de son désir après avoir reçu la décision de revenir à l'accord nucléaire.

Bien sûr, cette position n'est pas en harmonie avec les objectifs du régime sioniste, aux côtés de Riyad et de l'administration Trump, ce qui était la raison du retrait de Washington de cet accord international.

Les régimes qui tentent d'éliminer la diplomatie entre Téhéran et Washington liront naturellement dans le silence de Biden et de son équipe l'assassinat du martyr Fakhri Zadeh, qu'il sert leurs agendas; Bien que le prononcé d'un jugement sur ce silence sans l'annonce d'une position explicite et claire sur les lèvres du plus haut responsable démocratique, il sera sans aucune crédibilité.

Et si Biden a préféré garder le silence maintenant, mais certains de ses alliés du Parti démocrate ont souligné dans leurs tweets après l'assassinat, la nécessité de poursuivre la diplomatie avec l'Iran et ont mis en garde contre les dangereuses répercussions de cet assassinat sur la sécurité mondiale.

En ce qui concerne le trio européen (France, Allemagne et Grande-Bretagne), qui a préféré garder le silence sur cette attaque terroriste et a pris une position faible à son encontre, les raisons en sont peut-être dues au manque de positions claires émises par les hauts responsables de Washington jusqu'à présent; les expériences et les preuves passées indiquent que l'Europe se conforme aux politiques de Washington concernant les développements internationaux. Sur cette base, il est possible que la Troïka européenne ait préféré cette fois ne pas se précipiter, mais plutôt attendre qu'une position soit émise par Biden, et non par Trump, qui n'est plus à jour avec ses amis européens.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
8 + 1 =