L'enrichissement à 20% par l’Iran est «un message» à l'administration Biden (Ancien représentant britannique auprès de l’AIEA)

Londres (IRNA)- L'ancien représentant britannique auprès de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Peter Jenkins, a déclaré que le début de l’enrichissement d'uranium par l’Iran à l'usine de Fordow était un message diplomatique à l’adresse de la nouvelle administration américaine appelant Joe Biden à ne pas perdre le temps et à ne pas conditionner le retour à l’accord nucléaire de 2015 à d’autres questions qui opposent l’Iran aux Etats-Unis.

Lors de cette interview accordée à IRNA le mardi 5 janvier 2021, Peter Jenkins a réitéré les allégations de l'UE selon lesquelles la reprise de l'enrichissement d'uranium à 20%, qui avait été interrompue en 2013, par des centrifugeuses plus avancées que celles d’avant la signature du Plan global d’action commun sur le nucléaire iranien de 2015 ((PGAC, JCPOA selon son acronyme anglais), sur le site Fordow est une « préoccupation » pour les capitales occidentales.

Il a également ajouté : « Il semble que lorsque l'uranium atteint 20% d'enrichissement, 90% des travaux pour l'enrichir à des niveaux plus élevés ont été réalisés ».

 Ali Rabï, porte-parole du gouvernement de la République islamique d'Iran, en réponse à l'inquiétude affichée par l'UE après la reprise de l’enrichissement à 20% par l’Iran, a souligné que les Européens devraient respecter leurs engagements toujours non-honorés au lieu d'exprimer leur inquiétude.

Le diplomate britannique à la retraite a noté : « Mais comme l'a dit le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, si les États-Unis retournent au PGAC, cette action (les mesures de rétorsion de l’Iran) est complètement réversible. De ce point de vue, il est parfaitement logique d'interpréter cela comme un message diplomatique à l’adresse des Etats-Unis et non comme un prélude au stockage de l'uranium enrichi à des fins militaires. »

Lire aussi: L'Iran produit 8 à 9 kg d'uranium à 20% par mois (OIEA)

Le représentant permanent de la RII auprès des Nations Unies soulignant que le gouvernement iranien se concentre sur la capacité nationale pour désamorcer les sanctions a indiqué : « Si toutes les parties signataires de l’accord multilatéral sur le nucléaire iranien de 2015 (PGAC, JCPOA selon son acronyme anglais), respectent leurs engagements, les mesures de rétorsion lancées par l’Iran (en réponse à l’affaire du retrait unilatéral des Etats-Unis de Trump de l’Accord nucléaire et à l’échec des Européens, incapables de respecter leur promesse de permettre à l'Iran de bénéficier des avantages économiques escomptés liés au Pacte), seront réversibles.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
3 + 3 =