Téhéran dit une «lecture invraisemblable» de la résolution 2231 derrière la demande du G7 sur le programme de missiles de l'Iran

Téhéran (IRNA)- Téhéran a rejeté une demande du Groupe des Sept (G7) de suspendre toutes ses activités liées aux missiles balistiques, affirmant que ces pays sont bien conscients que la résolution 2231 du Conseil de sécurité de l'ONU ne limite en aucun cas le programme nucléaire iranien.

Les interprétations de la résolution 2231 [du Conseil de sécurité de l'ONU], par ceux qui savent bien à quoi cette résolution fait référence, sont à la fois très invraisemblables et très inexactes, a déclaré lundi le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh, lors d'une conférence de presse à Téhéran.

Les pays du G7 - Canada, France, Allemagne, Italie, Japon, Royaume-Uni et États-Unis - ont publié une déclaration lors d'un sommet en personne de trois jours, appelant l'Iran à "suspendre toutes les activités liées aux missiles balistiques et non nucléaires -problèmes de prolifération.

«Ce que dit la résolution fait référence à des missiles conçus pour transporter des ogives nucléaires qui ne font pas partie des activités de missiles de l'Iran, et de telles lectures invraisemblables de la résolution ne feront que discréditer ceux qui font ces affirmations», a déclaré Khatibzadeh.

Il a ajouté qu'il serait préférable que les dirigeants du G7 remplissent plutôt leurs obligations, cessent de s'ingérer dans les affaires des pays de la région et essaient de contribuer davantage à la paix et à la stabilité en établissant des relations respectueuses avec les États régionaux.

Ailleurs dans ses remarques, Khatibzadeh a déclaré que les États-Unis doivent décider de la voie qu'ils souhaitent suivre en ce qui concerne les pourparlers en cours à Vienne visant à rétablir l'accord nucléaire iranien de 2015, qui a été abandonné par les États-Unis en 2018, en amenant les États-Unis de nouveau en conformité.

« Les États-Unis doivent prendre leurs décisions et savoir qu'ils ne sont pas à égalité avec l'Iran et le groupe P4+1 dans ces pourparlers. Les États-Unis doivent savoir qu'ils sont les contrevenants au JCPOA (accord sur le nucléaire) et à la résolution 2231, et qu'ils ne participent aux pourparlers qu'en qualité de contrevenant », a-t-il déclaré.

Faisant allusion au retrait de Washington du JCPOA sous l'ancien président américain Donald Trump, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré que les États-Unis doivent naturellement donner les garanties nécessaires qu'ils ne répéteront pas ce qui s'est passé pendant l'ère Trump.

Il a également déclaré que le cycle actuel de pourparlers de Vienne – le sixième depuis le début des pourparlers début avril – ne sera probablement pas le dernier des négociations multilatérales. « Il est trop tôt pour juger de l'issue des pourparlers. Ce ne sera pas le dernier tour, et il est peu probable que ce soit le dernier tour, et certaines spéculations médiatiques ne sont pas vraies », a déclaré Khatibzadeh, tout en rejetant l'idée que les pourparlers de Vienne soient dans l'impasse. «Rien n'est impossible», a-t-il ajouté.

Évoquant les remarques de l'envoyé spécial des États-Unis pour l'Iran, Robert Malley, sur la situation des droits de l'homme en Iran, Khatibzadeh a déclaré que l'administration américaine actuelle, pour laquelle Malley travaille, a causé la mort de nombreux patients iraniens en raison de son manquement à sa promesse de retirer le Sanctions de l'ère Trump. L'administration Biden «a été complice des crimes de Trump contre cette nation en poursuivant son terrorisme économique contre la nation iranienne», a-t-il déclaré. Ces remarques sont intervenues quelques jours après que Malley a affirmé qu'il était « attristé » par la mort du prisonnier Sasan Niknafs en Iran.

Au lieu de verser des larmes de crocodile, a affirmé Khatibzadeh, la nouvelle administration américaine doit prêter attention au sombre bilan qu'elle a produit « dans l'histoire de la politique étrangère ». «Aucun pays ou nation au monde n'est susceptible de faire confiance aux signatures et aux engagements des [officiels] américains. Parce qu'ils ont montré qu'ils violaient toutes leurs obligations, même celles du Congrès », a-t-il ajouté.

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha