Négociations de Vienne: la partie occidentale continue ses positions passives malgré les initiatives constructives de l’Iran

Téhéran (IRNA)- Dans un bilan des derniers développements et actualités de la capitale autrichienne, où se poursuivent les négociations nucléaires entre l'Iran et le groupe 4+1 sur l'annulation des sanctions américaines injustes, Il apparaîtra que la délégation iranienne avance toujours dans le cadre de ses initiatives constructives pour faire avancer le processus de négociation, en contrepartie de l'inaction continue et des positions passives des parties occidentales, malgré un petit changement qui s'est produit au cours de la période récente.

Dans le même contexte, les voix et les avertissements des responsables et des médias des pays occidentaux se poursuivent, selon lesquels «il ne reste plus beaucoup d'opportunités pour parvenir à un accord», mais en même temps, ils reconnaissent que les pourparlers avancent.

L'apparente incohérence des positions occidentales concernant le processus de négociation en cours à Vienne indique qu'ils sont déterminés à recourir à la guerre psychologique et médiatique dans ce processus ; Ce n'est un secret pour personne que tout progrès dans le cours des négociations ne dépend pas seulement du rôle de la partie iranienne et de son initiative constructive, mais exige plutôt que toutes les parties participantes jouent leur rôle et affichent une position favorable dans ce contexte.

Et tout en soulignant la nature de la présence de l'équipe de négociation iranienne à la table de dialogue et les réunions intenses qu'elle tient à différents niveaux pour avancer dans ce processus, au fur et à mesure qu'il raccourcit les délais et accélère le rythme de soumission des textes et propositions pertinents, apparaîtront l'ampleur de l'inaction et des atermoiements de la Troïka européenne, ainsi que les obstacles placés par les États-Unis au cours du processus de négociation.

Le récit occidental contradictoire indique qu'ils jouent avec le facteur temps pour mener une guerre psychologique et médiatique.

Et à son tour, défendre que tout progrès n'est pas seulement le fruit de la volonté de l'équipe iranienne, mais est aussi le résultat de la concentration et du rôle de chacun, y compris les équipes de négociation européenne et américaine.

Depuis le début des négociations, l'équipe iranienne a participé de manière intensive à de nombreuses réunions à différents niveaux ; pour accélérer le processus et gagner du temps, il a même proposé plusieurs textes et propositions écrites ; mais les Européens et les Américains, dès le début du premier cycle de négociations avec la nouvelle équipe iranienne, ils ont demandé une pause pour retourner dans leurs capitales.

De plus, à de nombreuses reprises, les réunions se sont tenues simultanément afin d'avancer et de résoudre les questions en suspens dans les plus brefs délais.

Quatre sujets sont actuellement débattus simultanément : la levée des sanctions, la vérification, les garanties et le nucléaire.

Selon le correspondant d'IRNA, ce mercredi, outre les réunions au niveau des chefs de délégation et des experts, se tiendra également la troisième réunion du groupe de travail chargé d'évaluer et d'examiner les progrès réalisés.

Contrairement à l'Iran, qui a proposé des initiatives, des mécanismes opérationnels et des projets pour résoudre toutes les questions en suspens, les délégations de la Troïka européenne (Angleterre, France, Allemagne) ont pour la plupart joué un rôle passif, sans proposer d'idées ou de propositions pour réduire ou résoudre les problèmes, se limitant à commenter les plans de Téhéran.

De plus, les Occidentaux se sont consacrés à reconsidérer les questions déjà convenues ou à formuler de nouvelles revendications et sont partis en vacances pour la fin de l'année.

A cela s'ajoutent le changement de négociateurs, les restrictions dues au coronavirus et, à l'occasion, l'absence des principaux négociateurs de la Troïka, tout réduisant les possibilités de progrès dans les négociations.

En conclusion : Les questions en litige demeurent, malgré le fait que le principal négociateur iranien, Ali Baqeri Kani, a rencontré mardi le deuxième de la politique étrangère de l'UE, Enrique Mora et ses homologues d'Allemagne, de France et d'Angleterre.

Le correspondant d'IRNA a rapporté que Baqeri rencontre quotidiennement des négociateurs européens, qui échangent indirectement des documents avec les États-Unis.

La délégation iranienne insiste sur le fait qu'elle souhaite parvenir à un accord vérifiable et durable, mais pour cela, l'interaction avec les autres parties est également essentielle.

Lire aussi

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha