Président Raïssi : « Une science dépourvue de l’éthique », l’origine des tensions mondiales

Téhéran (IRNA) - « Les problèmes et les tensions auxquels l'humanité est confrontée aujourd'hui sont dus à une science dépourvue de l’éthique ; Il est donc nécessaire que la science et l'éthique soient considérées ensemble. », a déclaré le président Raïssi.

S’exprimant lors du 35e festival international de Kharazmi, l'ayatollah Ebrahim Raïssi a et a déclaré : « Le festival de Kharazmi est un lieu pour découvrir des talents et un lieu pour présenter des projets supérieurs à la société. »

Le Président de la République islamique a considéré l'attention portée aux efforts scientifiques et à la recherche comme l'une des caractéristiques importantes de la République islamique et a déclaré : « Le Guide suprême de la Révolution encourage toujours les innovateurs et les chercheurs dans le pays et, c’est en raison de la diffusion d'une telle vision qu'aujourd'hui les chercheurs iraniens sont brillants dans la production de science. »

Se référant à la nécessité tangible des effets des efforts des scientifiques dans la vie des gens, le président Raïssi a déclaré : « Le développement scientifique dans le pays est un mouvement continu, dont les effets doivent être observés pour répondre aux besoins du pays. »

Le chef du gouvernement a également mis l'accent sur l'éthique scientifique et a poursuivi : « Les problèmes et les tensions auxquels l'humanité est confrontée aujourd'hui sont dus à la science sans éthique ; Il est donc nécessaire que la science et l'éthique soient considérées ensemble. Par conséquent, l'université devrait être le centre de l'éthique dans la société et le lieu d'acquisition de la science et des connaissances parallèlement à l'éthique. La science et l'épistémologie ne connaissent pas de frontières géographiques et la science et les connaissances peuvent être acquises de n'importe quelle source. »

Lors de la cérémonie qui s'est tenue lundi, l'ayatollah Ebrahim Raïssi a félicité les lauréats du 35e Festival international de Kharazmi, qui comprenait neuf projets nationaux des chercheurs iraniens et trois projets étrangers réalisés par les scientifiques français, italiens et chinois.

Lire aussi

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha