1 août 2019 à 11:55
Journalist ID: 2395
Code d'info: 83420643
0 Persons
Les propos logiques d’un homme conscient ont fait trembler la Maison-Blanche (Rohani)

Le Président Hassan Rohani s’attardant sur le fait qu’un gouvernement, qui se considère comme une superpuissance dans le monde, a peur d’une interview du ministre des Affaires étrangères de l’Iran, a déclaré : « Les piliers de la Maison-Blanche commencent à se trembler et les autorités américaines se sentent préoccupés par les propos logiques d’un homme conscient ».

Le président iranien, Hassan Rohani, a reproché aux Etats-Unis d’avoir imposé des sanctions au ministre des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, affirmant que cette initiative «puérile» découlait de la «peur» de Washington de la logique et des entretiens du diplomate iranien.
N'ayant pas atteint leurs objectifs par le biais des sanctions et des moyens de pression les plus sévères, «les partisans de la nation et du gouvernement iraniens ont maintenant recours à des mesures enfantines», a déclaré Rohani lors d'un discours prononcé dans la province iranienne du Nord-Ouest-Azerbaïdjan.

Hassan Rohani qui s’exprimait jeudi, premier août, lors de la cérémonie d'inauguration de la centrale à cycle combiné dans la ville de Harris, a déclaré: « Nos propos rationnels font trembler leur palais du pouvoir et cela ne représente que notre grandeur car ils se trouvent devant une nation unie et soudée qui donne le pouvoir à son chef de la diplomatie et son Leader (l’Ayatollah Khameneï).

Mettant en garde contre les sanctions anti-iraniennes qui vont finir par regretter les ennemis, le Président Rohani a déclaré : « Les sanctions contre l'Iran représentent leurs échec moraux, politiques et juridiques. Les sanctions de l’Iran signifient leur échec  à tenir leurs engagements pris auprès des instances internationales et auprès d’une grande nation qui compte 80 millions d'âmes ».

Il a ajouté : « De par la politique de sanction, ils cherchent, vainement, à se soulager, alors que le boycotte va au détriment de tous ! L’Europe en soufrera aussi, nous allons subi des pertes, nous aussi », « Mais sur plan des intérêts, c'est la seule nation iranienne à en bénéficier », assure Rohani.

« Nous sommes autonomes; nous avons fait de grands progrès dans les nouvelles technologies », a poursuivi le président.

Hassan Rohani, évoquant les tentatives des ennemis qui cherchaient à changer de régime en Iran et à prendre en main l’avenir d’un pays souverain, a déclaré qu’ils ne savaient pas que notre pays a toujours su résister à la pression de l'ennemi et cela sur toutes les scènes et à tout moment.

Le Président Rohani affirmant que « les ennemis reconnaissaient notre succès dans les négociations mais n'acceptaient pas notre succès dans la guerre, s'est dit heureux qu’ils ont au moins accepté « 50% de la réalité ».

« Nous n’étions jamais belliqueux et pour la guerre mais nous avons toujours fait de notre mieux pour défendre notre eau, notre sol et notre patrie », a-t-il conclu.

Rohani a ajouté : «L'ennemi prétend chaque jour qu'il veut dialoguer avec l'Iran et qu'il n'a aucune condition préalable à des négociations avec le gouvernement iranien. Il sanctionne cependant notre ministre des Affaires étrangères », s'est-il étonné.
L'administration américaine a fait figurer le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, sur la liste des sanctions, le qualifiant de «premier porte-parole» de la République islamique dans le monde.
Ces mesures hostiles «signifient qu’ils sont devenus si désespérés qu’ils ne peuvent plus penser avec sagesse. Il est clair que le processus de négociation passe par le ministère des Affaires étrangères et que le ministre des Affaires étrangères en est le chef », a dit Rohani.
Le Président  iranien a également souligné que le gouvernement américain se considérait comme une «puissance mondiale, mais craignait les interviews de notre ministre des Affaires étrangères».


Un peu plus tôt, Zarif s’est moqué des sanctions et a déclaré que «la raison pour laquelle les États-Unis me désignaient, c’est que je suis le principal porte-parole de l’Iran dans le monde». «La vérité est-elle vraiment si douloureuse ? »

Votre commentaire

You are replying to: .
2 + 0 =