L'Iran ne succombera jamais aux brimades américaines et aux demandes illégitimes (le président Rouhani)

Téhéran (IRNA)- Le président iranien a déclaré que la République islamique ne cèderait jamais aux brimades américaines après que les États-Unis aient affirmé avoir rétabli toutes les sanctions de l'ONU contre Téhéran par le biais du soi-disant mécanisme de reprise d'un accord nucléaire historique conclu en 2015, officiellement connu sous le nom de Plan global conjoint d’action (JCPOA).

S'adressant à une session du cabinet dimanche, Hassan Rohani a ajouté que la soi-disant pression maximale des États-Unis sur la nation iranienne dans les secteurs politiques et juridiques a conduit à «l'isolement maximal» de Washington.

«Nous avons toujours dit qu'il n'y avait qu'une seule façon de traiter avec la nation iranienne et c'est de montrer du respect pour les droits de la nation iranienne et de lui parler avec un langage de respect», a-t-il souligné.

«En tant que président de l'Iran, j'annonce que si les États-Unis veulent poursuivre leurs brimades et prendre une mesure pratique conforme à leur affirmation erronée - qui a été rejetée par toutes les parties - qu'ils ont été en mesure de restaurer les résolutions [anti-iraniennes] [ adopté par le Conseil de sécurité de l'ONU], il sera confronté à notre réponse catégorique », a déclaré le président iranien.

«Il est tout à fait clair que l'Iran n'a jamais cédé à l'intimidation américaine à aucun moment et se tiendra contre l'intimidation américaine à ce stade également», a-t-il ajouté.

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a annoncé samedi que toutes les sanctions de l'ONU contre l'Iran étaient "de retour en vigueur" en vertu de la disposition «snapback» du JCPOA.

La plainte est intervenue 30 jours après que Pompeo a notifié au Conseil de sécurité de l'ONU (CSNU) ce qu'il a appelé la «non-exécution significative» de l'Iran avec ses obligations en vertu du JCPOA - dont le président américain Donald Trump s'est retiré en mai 2018.

Suite à l'annonce de Pompeo, les trois signataires européens du JCPOA ont déclaré dans un communiqué que l'allégation américaine n'avait aucun effet juridique.

«La France, l'Allemagne et le Royaume-Uni (« l'E3 ») notent que les États-Unis ont cessé de participer au JCPOA après leur retrait de l'accord le 8 mai 2018. Par conséquent, la prétendue notification au titre du paragraphe 11 de la résolution 2231 (2015), reçue des États-Unis d'Amérique et diffusée aux membres du Conseil de sécurité des Nations Unies, est incapable d'avoir un effet juridique. Il en découle que toutes les décisions et actions qui seraient prises sur la base de cette procédure ou de son issue éventuelle seraient également incapables d'avoir un effet juridique », indique le communiqué.

Le secrétaire général des Nations Unies, pour sa part, a déclaré que «l'incertitude» l'empêchait de prendre des mesures sur une déclaration américaine selon laquelle toutes les sanctions de l'ONU ont été rétablies contre l'Iran.

«Il semblerait qu'il y ait une incertitude quant à savoir si le processus ... a effectivement été lancé», a déclaré samedi Antonio Guterres dans une lettre adressée au Conseil de sécurité des Nations Unies et vue par Reuters.

Le chef de l'ONU dit qu'il ne prendra aucune mesure contre la poussée américaine contre l'Iran.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Lire aussi

Votre commentaire

You are replying to: .
8 + 1 =