Les États-Unis associent les questions humanitaires à la politique politisée, fustige Téhéran

Téhéran (IRNA)-Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a souligné que les pourparlers pour l'échange de prisonniers se sont tenus séparément et parallèlement avec ceux de l’accord nucléaire, à Vienne, soulignant : « Ce que font les États-Unis, c'est lier une question humanitaire à un objectif politisé ».

Selon le correspondant politique de l’IRNA, le porte-parole de la diplomatie iranienne, Saïd Khatibzadeh, lors d'une conférence de presse avec des journalistes tenue ce matin 19 juillet, faisant référence aux évolutions liées aux Affaires étrangères d l’Iran, ces dernières semaines et en réponse à une question sur les déclarations du négociateur de haut rang iranien, Abbas Araghtchi, le report des pourparlers au prochain gouvernement (qui sera dirigé par Seyyed Ebrahim Raïssi) , a déclaré: « Les pourparlers de Vienne se sont déroulés en six tours avec vigueur et de bonne qualité. »

Le diplomate a précisé que la relance du Plan global d’action conjoint sur le nucléaire iranien de 2015 (PGAC, JCPOA selon son acronyme anglais) avait été retardée en raison de l'approche américaine et puisque les élections présidentielles avait eu lieu en Iran, il faut attendre maintenant que le nouveau gouvernement soit mis en place ».

Bien entendu, les politiques générales de l’Ordre de la République islamique d’Iran ne changent pas et tout un gouvernement en Iran mettra en œuvre les ordonnances du système. Il est donc naturel que ces pourparlers se poursuivent normalement de la part de la partie iranienne.

Interdiction du port du voile au travail: Téhéran fustige la décision la Cour de justice de l'UE

Réagissant d’autre part à une décision du tribunal suprême de l'UE qui autorise l'interdiction du foulard sous certaines conditions, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Saïd Khatibzadeh, a déclaré que le verdict est une mesure discriminatoire honteuse contre les libertés religieuses.

Selon le diplomate la mesure peut conduire à la montée de l'islamophobie et de la violence contre les musulmans dans les pays européens. La Cour de justice de l'UE, basée au Luxembourg, a statué jeudi que les employeurs pouvaient interdire le port de symboles visibles de croyance religieuse ou politique, tels que le foulard.

La décision indique que les tribunaux respectifs des 27 États membres du bloc devraient examiner si l'interdiction correspond à un besoin réel de la part des employeurs ou non.

Toute agression faite à la mosquée Al-Aqsa est fermement condamnée

Le chef du Centre pour la diplomatie publique et les médias du ministère des Affaires étrangères a déclaré à propos de l'agression sioniste contre la mosquée Al-Aqsa hier : « L'agression qui a eu lieu à la veille de l'Aïd al-Adha est fermement condamnée et la République islamique exprime son dégoût à l’égard de ces exactions. Les sionistes ont montré qu'ils ne comprennent d’autre langue que celle de la Résistance pour la libération de la Sainte Qods. »

« L'Iran poursuivra ses efforts pour empêcher ces agressions et unir le monde islamique contre ces agissements. »

S’attardant d'autre part sur les évolutions afghanes le porte-parole de la diplomatie iranienne a indiqué : « L'Iran salue et soutient toute initiative pour la paix et la sécurité en Afghanistan »

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench


 

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha