L'expansion des interactions culturelles avec les pays de la région est la politique définitive du gouvernement Raïssi

Téhéran (IRNA) - Lors d'une réunion avec l'ambassadeur tadjik à Téhéran, le ministre iranien de la Culture a souligné : « L'expansion des interactions culturelles et artistiques avec les pays de la région est la politique définitive du gouvernement du Président Raïssi. »

Mohammad Mahdi Esmaeili a mis l'accent sur l'expansion des interactions bilatérales dans divers domaines culturels et artistiques avec le Tadjikistan et a déclaré : « L'Iran et le Tadjikistan se parlent sans intermédiaires ni traducteurs, cela indique la profondeur des points communs culturels entre les deux nations. Nous considérons le gouvernement et le peuple tadjik comme notre frère, ami et voisin. »

« L'Iran et le Tadjikistan ont une histoire ancienne commune, ce qui est une source de fierté, et les Iraniens ont toujours ressenti un sentiment de terrain d'entente et d'empathie avec le peuple de ce pays. », a ajouté ce responsable iranien.

«  La politique définie du 13e gouvernement de la République islamique d'Iran est d'élargir les interactions avec les pays de la région et les pays de langue persane et l'Asie centrale. Parce que nous sommes tous dans le cercle d'un ensemble unique, et cette unicité montre qu'il existe de nombreuses raisons pour les interactions culturelles communes. », a souligné Esmaeili.

« Le ministère de la Culture et de l'Orientation islamique salue et soutient la tenue de la Semaine culturelle du Tadjikistan à Téhéran et dans d'autres villes iraniennes. », a annoncé le chef du Haut Conseil iranien des arts.

« Notre objectif est de renforcer les relations bilatérales dans la nouvelle période d'activité du ministère de la Culture et de l'Orientation islamique, notamment dans les domaines de la culture et de l'art, notamment le cinéma, la musique, les arts visuels, le théâtre et la littérature. L'Iran et le Tadjikistan ont de nombreux points communs culturels, artistiques et historiques, et les peuples des deux pays peuvent se familiariser et bénéficier de ces points communs en élargissant les interactions culturelles et artistiques, et il est du devoir des gouvernements de fournir le terrain pour les avantages et les connaissances entre les deux peuples. », a affirmé le ministre iranien de la Culture.

Evoquant la visite de notre président au Tadjikistan, il a déclaré : « Lors de cette visite, l'accent a été mis sur l'élargissement des relations bilatérales, notamment la reprise des relations culturelles et artistiques, et avec la présence du nouvel ambassadeur tadjik à Téhéran, nous sommes prêts pour élargir les relations culturelles. »

Le membre du Conseil suprême de la révolution culturelle a en outre souligné la relance des relations communes entre les deux pays dans divers domaines et a ajouté : « Les programmes communs pour la fête du Norouz peuvent être considérés comme un héritage historique et commun de tous les persanophones du monde entier. Parce que le Norouz appartient à tous les persanophones et grâce à cela, les habitants des deux pays peuvent bénéficier davantage de l'opportunité d'une langue commune et d'affiliations culturelles communes. »

Au cours de la rencontre, l'ambassadeur tadjik à Téhéran Nezamoddin Zahedi, évoquant les points communs culturels et artistiques entre les deux pays, a déclaré : « Apres l’arrivée au pouvoir du nouveau gouvernement iranien, la coopération culturelle bilatérale entre les deux pays entre dans une nouvelle phase et nous espérons que la coopération culturelle augmentera au cours de cette période. »

Evoquant la visite du Président iranien au Tadjikistan, ce diplomate tadjik a ajouté : « Avec la visite de M. Raïssi au Tadjikistan, une nouvelle phase de coopération bilatérale entre les deux pays a commencé, notamment dans les domaines culturels et artistiques, et cette coopération devrait être signée en la forme de mémorandums communs. »

L'ambassadeur tadjik à Téhéran a poursuivi son discours en insistant sur la tenue de la semaine culturelle du Tadjikistan à Téhéran sous forme de soirées de poésie, de projections de films, de spectacles, de musique, et a déclaré : « La tenue de ces semaines à Téhéran conduira à un bon développement des relations culturelles et artistiques. »

En fin de compte, se référant aux points communs culturels et religieux des deux pays, Zahedi a ajouté : « Les points communs culturels et religieux à travers l'histoire créent une plate-forme appropriée pour la croissance de la coopération culturelle entre les deux pays. »

Suivez l'IRNA francophone sur Twitter @Irnafrench

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha