Expansion des interactions irano-mozambicaines : le Président Raïssi appelle à l’accélération

Téhéran - IRNA - Le Président de la RII, Ebrahim Raissi, notant qu'après la victoire de la Révolution islamique, l'Iran a toujours eu de bonnes relations avec les pays africains, a déclaré mardi : « Les préparatifs de la Commission mixte de coopération économique doivent être favorisés pour accélérer l'expansion des interactions Téhéran-Maputo ».

Selon le correspondant de l'IRNA, lors d'une rencontre avec son homologue mozambicain, Filipe Nyusi, mardi 22 février, le Président Ebrahim Raïssi s'est dit « satisfait » des remarques de son interlocuteur sur les bons résultats des plans de développement de son pays, ajoutant : Pour la République islamique d'Iran, les pays africains sont des terres pleines de talents et de riches ressources qui, malheureusement, ont toujours été pillées par les pays occidentaux au cours des derniers siècles. »

Notant que la République islamique a toujours cru que les pays africains avaient des peuples qui travaillent dur et qui ont des réserves et des talents importants pour la croissance et le développement, Ebrahim Raissi a déclaré : « Le 13e gouvernement de la RII est prêt à étendre sa coopération commerciale et économique avec les pays africains, dont et en particulier avec le Mozambique. La RII est prête à partager ses expériences et son savoir-faire dans divers domaines avec ces pays. »

Le Président a déclaré que les pays occidentaux veulent l'Afrique au service de leurs propres intérêts intéressés, « mais nous voulons l'Afrique pour les Africains ».

 « La République islamique d'Iran a toujours eu de bonnes relations avec les pays africains et aujourd'hui, sur la base de cette vision constructive de l'Iran envers l'Afrique, nous sommes prêts à élargir la coopération avec le continent », a-t-il insisté.

« Les pays occidentaux et les maximalistes du monde ne cherchent qu'à user et abuser des ressources des pays africains, sinon, quelle autre signification et raison pourrait avoir la tentative du régime sioniste d'adhérer à l'Union africaine ? », s’interroge le Président Raïssi toujours lors de sa rencontre avec son homologue mozambicain en marge du sommet gazier de Doha.

Pour sa part le Président du Mozambique, Filipe Nyusi, a exprimé l'intérêt de son pays pour l'élargissement des relations avec la République islamique d'Iran.

« Nous avons beaucoup de ressources naturelles et nous pouvons bénéficier des capacités techniques des experts iraniens au profit du peuple mozambicain et développer les interactions entre les deux pays », a-t-il fait valoir.

Le Président mozambicain a ajouté que l'un des problèmes graves du développement auquel est confronté son pays est la propagation de l'insécurité et du terrorisme, « qui sont principalement menée et alimentée depuis l'extérieur des frontières de ce pays. »

Rencontre entre le Président Raïssi et son homologue guinéen

Lors d’une autre rencontre avec le Président de la Guinée équatoriale, le Président Raïssi a déclaré : « Nous faisons de notre mieux pour développer les relations avec la Guinée équatoriale ».

Soulignant que les plans nécessaires doivent être élaborés pour la tenue d'une réunion de la Commission mixte de coopération avec la Guinée équatoriale, le Président de la RII a noté : « Nous utiliserons toutes les capacités et zones disponibles pour développer les relations avec la Guinée équatoriale. »

Ebrahim Raïssi a rencontré le Président équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, mardi soir en marge du sixième sommet des pays exportateurs de gaz au Qatar. Affirmant que « les pays africains, au-delà de leurs riches ressources, ont des gens qui travaillent dur et qui peuvent jouer un rôle efficace dans le développement du continent »,  le Président a ajouté : « Les pays occidentaux ont gardé leur esprit colonial et n'ont changé que leurs méthodes colonialistes ».

« Aux yeux de la République islamique, les pays africains ont un grand potentiel de développement. Nous sommes prêts à coopérer et à développer des relations avec les pays africains dans divers domaines, y compris l'exportation de services techniques et d'ingénierie vers ces pays, y compris Guinée équatoriale », a-t-il encore déclaré.

Réagissant aux plaintes du Président de la Guinée équatoriale selon lesquelles aucun des pays européens n'avait fourni d'aide significative au pays pout la lutte contre le virus pandémique de COVID19 et qu'un nombre important de ses habitants étaient morts à la suite de l'épidémie, le Président Raïssi a déclaré : « En Iran aussi, si nous n'avions pas fabriqué le vaccin nous-mêmes, les Occidentaux ne nous auraient pas fourni le vaccin. Mais aujourd'hui, six entreprises iraniennes produisent des vaccins anti-Covid. »

Raïssi a appelé à cette occasion le Ministre iranien des Affaires étrangères à préparer des plans nécessaires pour tenir une réunion de la Commission mixte de coopération avec la Guinée équatoriale dans les meilleurs délais, notant que « Téhéran utilisera certainement toutes les capacités et tous les domaines disponibles pour élargir ses relations avec la Guinée équatoriale ».

Les pays africains doivent aujourd'hui coopérer avec l'Iran

Le Président guinéen, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, a décrit l'Iran comme un "grand pays" et a déclaré que "les pays africains ont été colonisés par les pays occidentaux pendant des années et aujourd'hui, il revient aux pays africains de travailler avec les pays indépendants comme l'Iran pour tirer parti de leurs riches ressources en Afrique.

Le Président de la Guinée équatoriale a ajouté : « Les pays occidentaux n'ont aucune bonne foi dans leurs relations avec les pays africains, et même s'ils nous fournissent une aide limitée, ils la subordonneront aux actions des pays africains au service des intérêts intéressés occientaux ».

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

Lire aussi

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha