23 févr. 2022, 18:27
Journalist ID: 2395
Code d'info: 84660975
T T
0 Persons

Tags

Les négociations de Vienne atteignent des points cruciaux et touchent à leur fin

Téhéran (IRNA)- Les négociations à Vienne ont atteint un point critique, et les négociateurs sont plus près que jamais d'arriver à un accord, et le moment est venu pour l'Occident de prendre les décisions nécessaires.

Le huitième cycle de négociations, qui a débuté le 27 décembre à Vienne, est l'un des plus longs cycles de négociations, où les participants complètent le texte du projet d'accord et décident de certaines questions litigieuses.

La grande majorité des délégations participantes reconnaissent que les négociations progressent, malgré la complexité de certaines questions.

Les consultations diplomatiques et les réunions internes des délégations participant aux négociations de Vienne se déroulent de manière intensive. Les réunions ont commencé aux premières heures de la journée et se poursuivent jusqu'à minuit, mais Washington n'a pas encore pris les décisions politiques nécessaires.

Les réunions internes de l'équipe de négociation iranienne se sont poursuivies jusqu'à 4 heures du matin hier, mardi, et la délégation iranienne s'est rendue au bureau de la représentation permanente de la République islamique d'Iran auprès des organisations internationales à Vienne après une série de réunions diplomatiques intenses à l'hôtel Coburg.

Les autres parties ont également tenu de longues réunions à l'hôtel Coburg d'environ sept heures du matin jusqu'à tard dans la nuit.

Les démarches françaises dans les négociations se sont sensiblement multipliées, et le chef de l'équipe française de négociation Philippe Errera s'est montré très actif récemment sur Twitter et a posté hier soir un clip vidéo montrant les réunions de la délégation européenne alors qu'elle étudiait le texte de la projet d'accord définitif.

Il a déclaré dans la vidéo : «Nous devons travailler avec les autres parties pour parvenir à un accord et les différences ont diminué, mais nous ne sommes pas encore parvenus à un accord.»

Les délégations chinoise et russe, qui jouent le rôle de médiateur entre l'Iran et l'Occident, tiennent des réunions séparées avec les parties iranienne, européenne et américaine. Alors que les sionistes continuent de perturber le processus de négociation dans les coulisses et loin des caméras des journalistes, ils sont terrifiés à l'idée de parvenir à un accord.

Les négociations ont maintenant atteint un stade critique, et la portée et le nombre de sujets dans les négociations ont diminué, mais le nombre de questions restantes sont les questions les plus difficiles, les plus importantes et les plus sérieuses qui doivent être traitées.

Le délégué de la Chine aux négociations de Vienne, Wang Quan, a ajouté que les négociations sont toujours en cours dans différents cadres et niveaux, et que l'Iran a fait des efforts constructifs au cours de cette période.« Nous sommes vraiment dans la dernière étape, et nous n'avons qu'un petit pas devant nous qui nous sépare de l'accord final», a-t-il déclaré dans une déclaration au correspondant de l'IRNA mardi soir.

Le délégué russe auprès des organisations internationales à Vienne, Mikhail Ulyanov, a rencontré l'envoyé de l'Union européenne, et les deux parties ont échangé des vues sur la situation actuelle, et ont déclaré dans un tweet sur Twitter, mardi, que "les négociations sur le rétablissement du plan d'action conjoint (l'accord nucléaire) sont sur le point de franchir la ligne d'arrivée.

Mais les partis européens manipulent le texte du projet dans la salle des négociations et fixent des délais artificiels en dehors des salles. Stephanie Al-Qa , la représentante britannique aux négociations, a tweeté mardi qu'il était temps de prendre une décision à l'issue des négociations.

Utilisant la même méthode, Philippe Errera, a qualifié cette semaine de cruciale pour les négociations de Vienne et a déclaré que l'Iran devait maintenant saisir l'opportunité et prendre les décisions politiques nécessaires pour sauver l'accord. Il a réitéré la position non constructive de l'Europe en ne s'attaquant pas à la violation par les États-Unis de ses obligations internationales.

Les délégations se sont rapprochées de la conclusion d'un accord plus qu'à tout autre moment après des semaines de négociations intenses, et qu'un bon accord peut être atteint dans les négociations, si l'Occident est réaliste et s'abstient de demandes supplémentaires et se soucie de l'expérience des quatre dernières années.

Le représentant de l'Union européenne dans les négociations a déclaré : « Enrique Mora, dans un tweet à son intention sur sa page Twitter, hier mardi, que les pourparlers ont atteint un stade sensible et que nous approchons de leur fin après dix mois de négociations.

Mora a déclaré que le résultat final n'est toujours pas clair, ajoutant que toutes les délégations participent aux négociations, qui se déroulent de manière intensive.

À ce stade, la clé pour faire avancer les négociations est que les États-Unis portent la responsabilité du retard de la mise en œuvre de l'accord et doivent faire preuve de la flexibilité nécessaire pour parvenir à un accord final.

Jusqu'à présent, la délégation iranienne a pris de nombreuses initiatives et fait preuve de la flexibilité requise à la table des négociations, et c'est maintenant au tour de l'Occident d'être flexible.

Les Américains envoient fréquemment des messages par l'intermédiaire de divers médiateurs pour tenir des pourparlers directs avec l'Iran sous prétexte de résoudre les problèmes en suspens, et ont soumis la semaine dernière une proposition de rencontre avec les ministres des Affaires étrangères des deux pays en marge de la Conférence de Munich sur la sécurité.

Des pourparlers indirects avaient lieu entre l'Iran et les États-Unis à travers un échange de messages médiatisé par l'Union européenne. Malgré le haut mur de méfiance entre Téhéran et Washington,

Les Etats-Unis n'ont montré aucune initiative pratique pour faciliter les négociations, et de ce point de vue il n'y a pas besoin de dialogue direct avec Washington.

Il y a deux jours, le secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale iranien, Ali Shamkhani, écrivait sur Twitter : Les négociations de Vienne se déroulaient depuis le début entre l'Iran, le groupe 4+1 et le représentant de l'Union européenne, et cette voie se poursuivra jusqu'à ce qu'un résultat est atteint.

Il a ajouté : « La négociation avec les États-Unis n'est pas à l'ordre du jour de l'équipe de négociation iranienne car elle ne sera source d'aucune percée ».

Les mouvements des délégations de négociation à Vienne ont pris beaucoup d'ampleur ces derniers jours. Cela indique un développement nouveau et important dans le processus de négociation. L'équipe de négociation iranienne a présenté ses propositions et ses exigences claires sur les questions restantes sur la table, et si les États-Unis et l'Occident n'agissent pas de manière réaliste à ce stade sensible, ils seront responsables de l'échec possible des négociations.

Tags

Lire aussi

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha