Déclaration de l'UE au Conseil des droits de l'homme : Téhéran répond

Téhéran (IRNA)-« Inadmissible » c’est en ce mot qu’a réagi la diplomatie iranienne par la voix de son porte-parole, Saïd Khatibzadeh, en réponse à une déclaration de l'Union européenne au Conseil des droits de l'homme, sur des prétendus soucis des droits humains en Iran, synonyme d’un « double standard » systématique des prétendus défenseurs des droits de l’homme, a-t-il dit.

« Cette déclaration basée sur une approche sélective et sans fondement n'a aucune valeur ni crédibilité. Ce geste est en contradiction fondamentale avec l’approche promotionnelle des droits de l'homme », a déploré le diplomate.

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a estimé que tout abus des mécanismes des droits de l'homme et toute ingérence dans les affaires intérieures de notre pays était inacceptable avant de préciser : « Ce n'est pas un événement nouveau que certains pays européens sont indifférents et silencieux face aux plus grandes violations des droits de l'homme dans leurs propres pays ou chez leurs alliés. Ils sont en concurrence pour vendre des milliards de dollars d'armes à l'Arabie saoudite et aux dictateurs régionaux pour tuer le peuple sans défense au Yémen ».

Dénonçant toujours la carte des droits de l'homme jouée systématiquement par ces pays européens et cela depuis longtemps, le porte-parole de la diplomatie iranienne a déclaré que ce geste n’est que le synonyme du horrible « double standard et le manque d'honnêteté » de ce groupe de pays dans le soutien des droits de l'homme ainsi que de « l'utilisation à des fins politisées de ce concept. »

« Répression des manifestants, meurtre de noirs, massacre des minorités, en particulier des musulmans, persécution des prisonniers et pression sur les migrants à l'intérieur des frontières de l'UE », a énuméré le diplomate pointant du doigt les deux poids deux mesures de ces pays qui parlent tout le temps des droits humains, mais ils ont oublié leurs propres obligations en la matière en restant ouvertement voir systématiquement indifférents à la vie du people chez eux-mêmes ou chez leurs alliés.

« Le développement et la promotion des droits de l'homme aux niveaux national, régional et international dans le cadre des obligations religieuses et du respect de la Constitution, du droit interne et des traités internationaux, est l'une des priorités permanentes de la République islamique d'Iran qui s’y engage aussi dans la pratique », insiste encore le porte-parole de la diplomatie iranienne.

Saïd Khatibzadeh a exhorté ces pays européens qui assument parfaitement le deux poids deux mesures en matière de la défense des droits de l'homme, pour gérer, dans une approche sélective, leurs relations avec leurs alliés, et qui exposent leurs intentions intéressées, au nom de l’Union européenne, à mettre à leur ordre du jour l'amélioration des droits de l'homme chez eux-mêmes et chez leurs alliés régionaux.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
5 + 2 =