Ferdowsi, un poète iranien de renommée mondiale

Téhéran, 15 mai, IRNA- Abū-l-Qāsim Manṣūr ibn Ḥasan al-Ṭūṣī, surnommé Ferdowsî est un poète persan du Xe siècle. Surnommé «le Recréateur de la langue persane», il écrivit la plus grande épopée en langue persane intitulée Shâh Nâmeh (ou Livres des rois). Il est né dans le village de Badji à côté de la ville de Tous (Khorassan, Iran), vers 935. Il est mort vers 1025.

Ferdowsi est l’auteur de l’épopée mythique Shâh-Nâme («Le livre des rois»), dans laquelle il retrace l’histoire légendaire de l’Iran ancien (la Perse). Il consacra une bonne partie de sa vie à la rédaction de cette œuvre, composée de 60 000 distiques, considérée aujourd’hui comme l’une des plus importantes de la littérature persane. L’importance du Livre des rois le place au même rang que l’Odyssée ou l’Iliade d’Homère, et fait de Ferdowsi un Homère persan comme en témoigne cette indication de Chardin dans son Voyage en Perse, repris par Djavâd Hadidi : «Le Chanahme (sic) ou l’Histoire des rois, est en vers, et c’est une excellente pièce de poésie estimée dans tout l’Orient, comme Virgile et Homère chez nous.»

Ce qui est également remarquable, c’est l’importance de l’œuvre au plan linguistique. Le Shâhnâmeh se caractérise en effet par le choix d’une langue relativement courante et donc compréhensible par l’ensemble de la population perse. Ferdowsi cherche en outre à persaniser la langue en n’utilisant que très peu de mots arabes, comme le relève Henri Massé : «Du reste, Firdousi, toujours soucieux de faire œuvre nationale, montre autant de prédilection pour les archaïsmes iraniens que d’aversion pour les mots arabes - ces derniers au nombre d’environ 430 - ce qui est insignifiant dans une œuvre si vaste ; et encore il y a lieu de croire que les copistes remplacèrent plus tard certains des premiers par les seconds.»

Sans aucun doute, les principaux objectifs de l’œuvre épique et mythique de Ferdowsi - la renaissance du persan pour assurer la résurgence, la résurrection et la survie de l’identité nationale et culturelle perses - sont atteints. C’est pour ces raisons aussi que Ferdowsi est connu de tous (toute ville a sa place ou son avenue Ferdowsi), apprécié et aimé de nos jours, comme le promoteur de la langue-culture persane, et que le Shâhnâmeh est encore aujourd’hui chanté par tous, lettrés ou non.

A environ vingt huit kilomètre de Machhad, le mausolée de Ferdowi à Tous, dont les côtés du cube sont ornés de vers du Livre des rois, est l’un des lieux de visite favoris des Iraniens de passage à Machhad.

La tombe, qui était tombée en ruine à cause de l'influence de catastrophes naturelles et d'événements historiques, a été reconstruite par la Société du patrimoine national d'Iran et figure de nos jours sur la liste des patrimoines iraniens.


Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**