Minorités religieuses en Iran: La liberté ne doit pas aboutir à l'insulte aux saintetés divines

Téhéran (IRNA)- "La liberté doit servir à la promotion de l'humanité et de l'humanité. Elle ne doit pas aboutir à l'insulte aux saintetés des religions et des êtres humains. Le résultat de telles insultes ne sera que la guerre et l'effusion de sang.", ont déclaré les dirigeants des minorités religieuses en Iran.

L'Eglise assyrienne orientale de Téhéran a accueilli vendredi soir un sommet des minorités religieuses en présence des chefs religieux représentants des chrétiens, des juifs et des zoroastriens iraniens. Lors de cette rencontre inter-religieuse les dirigeants des minorités religieuses en Iran ont condamné les récents propos du Président de la République française envers le Prophète de l'Islam.

Au cours de cette réunion, Mar Nersay Benjamin, archevêque de l'Église assyrienne orientale d'Iran, a déclaré: "La conduite d'Emmanuel Macron est loin de la conduite du président d'un pays qui se considère civilisé et progressiste. Le geste désagréable du président français est en fait une insulte à tous les croyants aux religions monothéistes, y compris les chrétiens, les zoroastriens, les juifs et les assyriens, et tous les êtres humains libres."

En critiquant l'instrumentalisation du débat sur la liberté d'expression, l'archevêque de l'Église assyrienne orientale d'Iran a posé certaines questions fondamentales à propos de cette polémique: "Est-ce que le fait d''insulter le caractère sacré des autres religions est une liberté? Devrions-nous abuser de la liberté? La liberté est-elle pour le progrès et la croissance de l'humanité ou pour la destruction, l'insulte et la calomnie? Dans quelle mesure l'homme est-il libre? Est-ce la liberté absolue de se livrer à un acte odieux?"

Ensuite, ce chef assyrien a cité ces passages du Nouveau Testament: "Oui, mes frères, c’est à une pleine liberté que vous avez été appelés. Mais cela ne signifie pas qu’il faille en abuser et laisser libre cours à vos instincts ! Que votre liberté ne serve pas de prétexte pour vivre comme des hommes livrés à eux-mêmes et pour assouvir vos convoitises. Qu’au contraire, l’amour vous incite à vous rendre serviteurs les uns des autres."

Mar Nersay Benjamin a poursuivi: "En fait, l'homme a une liberté relative et doit connaître ses limites. La liberté absolue n'appartient définitivement qu'à Dieu. Les êtres humains sont libres de se respecter les uns les autres."

Le rabbin Younes Hamami Lalehzar, le chef religieux de la communauté juive de l'Iran, a également souligné lors de la réunion: "Toutes les religions monothéistes sont communes. Leur message est l'amour, l'amitié et la protection de la dignité humaine, et nous nous attribuons tous en quelque sorte au Prophète Abraham."

"Insulter les autres religions n'est pas accepté. En fait, l'insulte du président français à l'islam est un signe de sa faiblesse. Certes, cette façon de parler des Occidentaux qui insultent les autres religions au nom de la liberté d'expression n'est pas acceptable. La liberté a son propre cadre conceptuel et ne signifie pas agression et préjudice à autrui. Si nous ne voulons pas manquer de respect à nous-mêmes et à notre religion, nous devons respecter les autres êtres humains et les religions.", a ajouté le grand rabbin des juifs iraniens.

"Certains prétendent que la France est un pays de liberté et que sa constitution est basée sur la liberté mais ils doivent lire la constitution de la République islamique d'Iran. Selon l'article 13 de la Constitution iranienne, les minorités religieuses, bien que peu peuplées, sont libres et ont le droit de vote, et ont même au moins un siège au parlement pour défendre leurs droits. Heureusement, nous vivons dans un pays avec une grande histoire historique et malgré les différences qui existent, nous vivons ensemble et dans le respect les uns des autres.", a conclu Hamami Lalehzar.

Dans le cadre de cette rencontre, le message de  Sebouh Sarkissian, archevêque des arméniens de Téhéran, aussi a été lu par son représentant: "Le premier principe dans les relations humaines est le respect des attributs divins. La justice est l'un de ces attributs. Dieu est juste et l'un des sous-ensembles de la justice est le respect des croyances et des traditions de l'autre. Si nous maintenons ce principe et respectons les traditions et croyances de l'autre, la paix et la tranquillité peuvent installées dans le monde."

"Les minorités religieuses de l'Iran ont fait partie intégrante de la nation iranienne dans le passé, et les musulmans et les chrétiens ont longtemps vécu ensemble en tant que frères et sœurs, et n'ont jamais insulté la religion et les saintetés sacrées.", a ajouté Sarkissian dans son message.

A la fin de cette réunion, une déclaration conjointe a été signée par les leaders des minorités religieuses en Iran pour insister sur la nécessite du respect des saintetés divines dans toutes les religions monothéistes du monde entier.

Suivez l'IRNA francophone sur Twitter @Irnafrench

Lire aussi

Votre commentaire

You are replying to: .
1 + 5 =