Violation des droits de l’homme et crimes contre l’humanité : les pays occidentaux sur le banc des accusés de poids

Urmia (IRNA) - Evoquant les crimes commis lors de la guerre imposée par le régime de Saddam contre l’Iran avec la complicité et le soutien sans faille des pays occidentaux, dont notamment des bombardements chimiques, le chef du Pouvoir judiciaire iranien, Ebrahim Raïssi, a déclaré : « Les pays occidentaux sont les principaux accusés devant le tribunal international des droits de l'homme ».

Ebrahim Reisi a tenu ces déclarations à l’occasion d’une rencontre jeudi 4 mars avec les familles des victimes du bombardement chimique de la ville de Sardasht à l’Urmia à l’ouest de l’Iran.

« La justice ne doit pas être si lente ! Les partisans de Saddam, en particulier les Européens qui ont fourni diverses bombes à ce dictateur baasiste, devraient être condamnés », a insisté le Chef du Pouvoir judicaire iranien.

Il a poursuivi : « Aujourd'hui, nous sommes en position de revendiquer les droits de l'homme et l'Occident est sur le banc des accusés. Nous pointons du doigt ceux qui ont barbarement tué des gens à Sardasht et dans d'autres parties de l'Iran voire même au Kurdistan irakien avec des armes chimiques. »

La ville frontalière de Sardasht, première ville victime d'armes chimiques au monde, a été la cible d'un bombardement chimique par le régime baasiste de Saddam le 28 juin 1987.

119 personnes ont été tuées en martyr et 5 000 autres blessées dans cette horrible attaque chimique ; des années après la guerre imposée, les effets destructeurs de ce crime sur les visages du peuple opprimé de Sardasht sont évidents.

Bien que de nombreuses années se soient écoulées depuis la guerre imposée, mais les effets destructifs de ce crime barbare sont toujours visibles sur le corps et les visages du peuple opprimé de Sardasht.

La ville frontalière de Sardasht, qui compte 120 000 habitants, est située au sud de la province de l’Azerbaïdjan occidental à l’ouest de l’Iran et partage une frontière de 100 kilomètres avec l'Irak.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha