4 janv. 2022, 09:20
Journalist ID: 3058
Code d'info: 84601707
1 Persons

Tags

La deuxième phase du huitième cycle de pourparlers à Vienne

Vienne (IRNA) - L'arrivée des délégations de négociation dans les premières heures de la deuxième phase du huitième cycle de pourparlers sur la levée des sanctions s'est considérablement accélérée, ce qui pourrait indiquer un nouveau développement important dans le processus de négociation à Vienne.

La deuxième phase du huitième cycle de pourparlers a officiellement commencé lundi soir (hier) vers 17 heures, heure de Vienne, à l'hôtel Coburg. Ali Bagheri Kani, négociateur principal de l'Iran, et Enrique Mora, coordinateur de la Commission mixte du JCPOA, se sont rencontrés et ont discuté de la poursuite des réunions et des pourparlers dans les prochains jours. Bagheri a ensuite rencontré des représentants des trois États membres européens de l’accord nucléaire, et le total de ces deux réunions a duré environ deux heures.

Pendant ce temps, Enrique Mora, lorsque l'Iran a rencontré des représentants de trois pays européens, s'est rendu à l'hôtel Marriott, situé juste en face de l'hôtel Coburg, où le groupe P4 + 1 rencontre la délégation américaine. Il est retourné à l'hôtel Coburg avant la fin de la session de négociation principale de l'Iran avec les partis européens sans parler aux médias.

Alors que les fuites d'informations vers les médias ont à nouveau diminué, les spéculations sur le processus de négociation ont augmenté. Des représentants des médias surveillant le mouvement des délégations devant l'hôtel Coburg ont émis l'hypothèse que Mora avait échangé des messages entre l'Iran et les États-Unis.

Cette spéculation est renforcée lorsque le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Saeid Khatibzadeh, a déclaré aux journalistes hier qu'il existe une voie claire pour les échanges entre l'Iran et les États-Unis. Il a déclaré que cet itinéraire spécifique se fera par écrit mais de manière informelle par l'intermédiaire du coordinateur de la Commission mixte (Enrique Mora).

En tant que contrevenant à l'accord de 2015, les États-Unis ne participent pas aux négociations formelles des membres du JCPOA, mais une délégation américaine dirigée par Robert Malley, le représentant spécial des États-Unis pour l'Iran, est à Vienne et est en contact avec d'autres membres du JCPOA pour revenir à l'accord.

Alors que le deuxième cycle de pourparlers commence, des sources occidentales ont repris leur campagne de pression sur l'équipe de négociation iranienne avec de faux délais, affirmant que l'opportunité de sauver le JCPOA touchait à sa fin.

Laurence Norman, le grand reporter du Wall Street Journal, a tweeté hier :

« Alors que #IranTalks est sur le point de se relever, une source occidentale affirme que le temps de se concentrer sur les sanctions, la vérification, etc. à la demande de l'Iran est révolu et que désormais "tout doit aller en parallèle" sur toutes les questions majeures. »

Ce journaliste a affirmé qu'il avait tiré de sa source que le négociateur iranien principal était sur le point de proposer de nouvelles idées cette semaine pour faire avancer les pourparlers.

Pendant ce temps, Bagheri a nié cela dans une interview avec des journalistes hier soir avant de quitter l'hôtel Coburg, déclarant qu'une telle chose n'était pas vraie.

Lors du septième cycle de négociations, la République islamique d'Iran a présenté ses propositions à l'autre partie sur les deux questions de la levée des sanctions et des questions nucléaires, et après un long démenti par les parties européennes, les demandes de l'Iran ont été incluses dans les projets de textes.

« Si nous avons un texte commun aujourd'hui, c'est parce que l'Occident a compris qu'il doit reculer devant ses exigences maximales, et ce que nous avons aujourd'hui est le résultat du même réalisme de l'Occident dans les pourparlers de Vienne. », a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères. Khatibzadeh a annoncé hier qu'ils ne peuvent pas avoir de noyau nucléaire au-delà du JCPOA et qu'ils veulent remplir les obligations de levée des sanctions au-dessous du JCPOA.

« Les négociations dans le passé ont progressé dans quatre domaines : les sanctions, le nucléaire, les garanties et la vérification. Nous pouvons faire des progrès dans le domaine des garanties et des vérifications.», a-t-il déclaré.

Ainsi, les négociations des prochains jours à différents niveaux et formats seront suivies par les chefs de délégations et les experts. Des sources proches des équipes de négociation spéculent qu'une réunion de la Commission mixte du JCPOA se tiendra plus tard dans la semaine, alors que des progrès sont réalisés dans les négociations et que les divergences sont réduites.

Suivez l'IRNA francophone sur Twitter @Irnafrench

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha