Nouveaux acteurs dans les négociations de Vienne ; Signes de progrès dans la levée des sanctions

Vienne (IRNA) - Les pourparlers de Vienne sont devenues plus chaudes ces jours-ci avec des réunions longues et fréquentes entre les délégations de négociation, et ceci, avec l'entrée de certains nouveaux acteurs dans les négociations, indiquent la possibilité de nouveaux développements pour relancer le JCPOA et lever les sanctions.

Selon le correspondant de l'IRNA à Vienne, les pourparlers se sont poursuivis mardi avec des rencontres bilatérales et multilatérales entre les délégations participant aux pourparlers. Ali Bagheri Kani, le négociateur en chef de l'Iran, est arrivé à l'hôtel Coburg vers 15 heures et a eu des entretiens séparés avec Enrique Mora, secrétaire général adjoint du service d'action étrangère de l'Union européenne, ainsi que de hauts négociateurs de Chine et de Russie. Il a également rencontré des négociateurs de trois pays européens.

Les pourparlers ont duré environ cinq heures et les délégations ont quitté l'hôtel Coburg sans divulguer les détails des pourparlers aux journalistes. Cependant, Mikhail Ulyanov a tweeté qu'il avait rencontré le principal négociateur iranien, notant que les deux parties avaient discuté de questions non résolues qui devraient être résolues lors des pourparlers de Vienne.

Ce haut diplomate russe a également mentionné dans un autre tweet qu'il avait rencontré Enrique Mora, le coordinateur de la Commission conjointe, et a écrit que les deux parties avaient échangé des vues sur le dernier statut des pourparlers de Vienne et la possibilité de poursuivre les pourparlers.

La visite du vice-ministre sud-coréen des Affaires étrangères à Vienne

Mais un développement important qui a été largement rapporté hier dans la couverture médiatique des pourparlers de Vienne, en particulier parmi les journalistes à l'extérieur de l'hôtel Coburg, a été la nouvelle de la visite du vice-ministre sud-coréen des Affaires étrangères à Vienne. Le ministère sud-coréen des Affaires étrangères a déclaré dans un communiqué que Choi Chong-kan se rendra dans la capitale autrichienne du 4 au 9 janvier pour rencontrer les chefs des équipes de négociation travaillant à la relance de l'accord de 2015.

Le communiqué ajoute que le gouvernement sud-coréen est en contact avec des pays clés pour résoudre les problèmes non résolus avec l'Iran, ainsi qu'une coordination et des relations étroites avec les États-Unis, l'Union européenne et la Troïka (France, Allemagne et Royaume-Uni). Le communiqué ajoute que le gouvernement sud-coréen poursuivra son soutien diplomatique pour relancer les accords de 2015 et renforcer les relations avec l'Iran.

Environ 10 000 milliards de wons (9,2 milliards de dollars) de fonds iraniens auraient été gelés dans des banques sud-coréennes en vertu des sanctions américaines concernant le programme nucléaire de Téhéran.

Environ deux mois avant le début d'un nouveau cycle de pourparlers à Vienne, le ministère sud-coréen des Affaires étrangères a annoncé que Choi Jong-kan et Robert Malley avaient discuté des efforts pour reprendre les pourparlers de Vienne lors d'une conversation téléphonique. Sans donner de détails sur les pourparlers, le ministère sud-coréen des Affaires étrangères a déclaré que les deux parties ont souligné la volonté de Séoul de soutenir les efforts diplomatiques concernant le dernier statut des pourparlers.

Bien que la Corée du Sud ne soit pas partie au JCPOA, la visite du vice-ministre des Affaires étrangères à Vienne pour « régler la question des avoirs gelés de l'Iran » est considérée par les observateurs comme un signe positif de progrès dans le processus de négociation sur la levée des sanctions.

Hier également, quelques heures avant l'arrivée de M. Bagheri à l'hôtel Coburg, on a appris que des diplomates saoudiens étaient entrés dans l'hôtel Marriott, où la délégation américaine rencontre habituellement le groupe P4 + 1. Des informations et des rumeurs non confirmées indiquent que la partie saoudienne a rencontré le représentant spécial américain pour l'Iran, Robert Malley. Des représentants de trois pays européens auraient également assisté à la réunion.

Aucune source officielle n'a encore officiellement confirmé ou démenti les rumeurs concernant les réunions ; Mais des journalistes affiliés au gouvernement saoudien stationnés devant l'hôtel Coburg ont confirmé la présence d'une délégation saoudienne à l'hôtel Marriott dans le cadre des pourparlers en cours. Cela pourrait être le signe d'une évolution positive des pourparlers, compte tenu des récentes remarques du ministre saoudien des Affaires étrangères en faveur des pourparlers de Vienne, ainsi que la visite du vice-ministre des Affaires étrangères de la Corée du Sud.

Dans le même temps, de nouveaux développements dans le processus de négociation de Vienne, la Grande-Bretagne, sous la pression du régime sioniste, a réitéré des positions non constructives concernant les négociations. Le Premier ministre du Royaume-Uni, Boris Johnson, lors d'une conversation téléphonique avec le Premier ministre du régime sioniste, Naftali Bennett, mardi, a répété l'excuse de la date limite, affirmant : « Le temps pour l'Iran de revenir à l'accord nucléaire de 2015 touche à sa fin. »

Le huitième cycle des pourparlers de Vienne a débuté lundi dernier et semble maintenant être entré dans une phase critique. Les parties occidentales continuent de jouer le rôle de blâmer l'Iran et insistent pour fixer de fausses échéances qu'il ne reste plus beaucoup de temps avant la reprise de l’accord de 2015. Mais dans les coulisses, il semble que les développements avancent et sur la voie du progrès.

Suivez l'IRNA francophone sur Twitter @Irnafrench

Lire aussi

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha