Les forêts hyrcaniennes et l'importance de les conserver en faveur de l'environnement mondial

Téhéran (IRNA)- Les forêts de la province de Golestân dans le nord de l'Iran, connues sous le nom de forêts hyrcaniennes ainsi qu’une variété d'espèces datant de plusieurs millions d'années dans cette zone, font partie des grandes richesses du pays, ce qui sont aujourd’hui menacés en raison d'une mauvaise récolte dans le passé et de la propagation de ravageurs et de maladies. Il faut que les autorités et la population s’unir dans la mise en œuvre des solutions scientifiques afin de préserver cette zone précieuse.

Les forêts hyrcaniennes forment un massif forestier unique qui s'étend sur 850 km le long de la côte sud de la mer Caspienne. L'histoire de ces forêts de feuillus remonte à 25 à 50 millions d'années, lorsqu'elles couvraient la plus grande partie de cette région tempérée septentrionale.

Ces zones forestières anciennes se sont retirées lors des glaciations du Quaternaire, puis se sont étendues à nouveau lorsque le climat s'est adouci.

Leur biodiversité floristique est remarquable : 44 % des plantes vasculaires connues en Iran se trouvent dans la région hyrcanienne qui ne couvre que 7 % du pays. À ce jour, 180 espèces d'oiseaux typiques des forêts tempérées de feuillus et 58 espèces de mammifères ont été répertoriées, dont l'emblématique léopard de Perse.

Le bien est un site en série composé de 15 éléments répartis sur trois provinces (Gīlān, Māzandarān et Golestân) et représente des exemples des différentes étapes et caractéristiques des écosystèmes forestiers hyrcaniens.

La plupart des caractéristiques écologiques qui caractérisent les forêts mixtes caspiennes-hyrcaniennes sont représentées dans le bien.

Une partie considérable de la propriété est en terrain escarpé inaccessible.

Les forêts hyrcaniennes et l'importance de les conserver en faveur de l'environnement mondial

Le bien contient des forêts de feuillus exceptionnelles et anciennes qui étaient autrefois beaucoup plus étendues mais se sont retirées pendant les périodes de glaciation et se sont ensuite étendues sous des conditions climatiques plus douces.

En raison de cet isolement, le bien abrite de nombreuses espèces de flore reliques, menacées et endémiques régionales et locales, contribuant à la haute valeur écologique du bien et de la région hyrcanienne en général.

Mahmoud Vaez Mousavi, professeur à l'Université des sciences agricoles et des ressources naturelles de Gorgān, a déclaré au correspondant de l'IRNA que trois arbres de ces forêts sont classés comme espèces menacées.

L'if européen (Taxus Baccata), Buxus et Ulmus Glabra sont les trois espèces menacées qui nécessitent une détermination sérieuse des organismes gouvernementaux compétents, selon Mousavi.

Mousavi a également déclaré que certaines espèces végétales sont exclusivement propres aux forêts du nord de l'Iran et ne sont témoins d'aucun autre endroit sur la terre.

Le bois de fer persan, comme l'a dit Mousavi, sont des fossiles vivants parce qu'ils n'ont été observés dans certaines autres régions du monde que sous forme de fossiles enfouis profondément sous terre, mais ils vivent sur terre ici, dans le nord de l'Iran.

Le professeur a mentionné le changement climatique, les incendies de forêt, la récolte illégale, la prévalence des ravageurs et des maladies, le tourisme irresponsable et le changement d'utilisation des terres comme les problèmes qui remettent en question la survie des forêts hyrcaniennes.  

Lire aussi

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha