L’Iran qualifie la tentative des États-Unis de «ressaisir» les sanctions «nulles et non avenues» et exhorte l’ONU à la bloquer

Téhéran (IRNA)- L'Iran affirme que l'allégation des États-Unis concernant le retour des sanctions du Conseil de sécurité de l'ONU contre Téhéran conformément au mécanisme dit de «snapback» est «nulle et non avenue», appelant l'ONU et son Conseil de sécurité à bloquer toute tentative de réinstaurer les interdictions .

Majid Takht-Ravanchi, l'ambassadeur permanent de la République islamique d'Iran auprès des Nations Unies, a fait ces remarques dans une lettre au Conseil de sécurité de l'ONU et au secrétaire général de l'ONU tôt dimanche.

Étant donné que l'objectif déclaré des États-Unis est de ruiner complètement le Plan d'action global commun et qu'à cette fin, leur stratégie consiste à créer des complications juridiques en présentant des interprétations arbitraires unilatérales et des arguments pseudo-juridiques, la République islamique d'Iran compte que les membres du Conseil de sécurité rejetteront, une fois de plus, la tentative continue des États-Unis d'abuser du processus du Conseil de sécurité, sapant ainsi l'autorité et la crédibilité du Conseil et de l'Organisation des Nations Unies, note Takht-Ravanchi dans la lettre.

L'envoyé iranien a également répondu aux nouvelles sur Twitter, affirmant que "les États membres du CSNU continuent de soutenir que les États-Unis ne sont PAS un participant du JCPOA, donc sa prétention de" snapback "est nulle et non avenue.

"Les États-Unis sont TOUJOURS en violation du JCPOA et de la Res 2231 - nager contre les courants internationaux ne fera que les isoler davantage", a-t-il tweeté.

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a déclaré samedi soir que les États-Unis avaient réimposé les sanctions de l'ONU contre l'Iran sur la base du mécanisme de reprise en dépit du rejet mondial, même par ses propres alliés.

D'autres pays ont rejeté l'argument des États-Unis selon lequel ils pourraient réimposer les sanctions de l'ONU qui avaient été levées dans le cadre de l'accord sur le nucléaire iranien, l'administration Trump se retirant de l'accord en 2018 et n'étant plus partie à l'accord. Par conséquent, on ne s'attend pas à ce qu'ils reconnaissent les sanctions de reprise.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Lire aussi

Votre commentaire

You are replying to: .
1 + 17 =