Des sanctions cruelles contre les Iraniens ne mèneront les États-Unis nulle part (l'envoyé iranien)

Téhéran (IRNA)- L’envoyé de l’Iran auprès des Nations Unies a déclaré que les sanctions cruelles des États-Unis contre les Iraniens n’amèneraient les États-Unis nulle part, soulignant que Washington viole toujours l’accord nucléaire iranien en dépit de la rhétorique pro-diplomatique de l’administration Biden.

«Les États-Unis affirment que la «balle est dans le camp de l’Iran», a déclaré l’Ambassadeur Majid Takht Ravanchi sur Twitter mercredi soir. «Mais deux mois après le début de leur nouvel administrateur, les États-Unis sont TOUJOURS en violation du JCPOA et de la résolution 2231 du CSNU.»

Ces remarques sont intervenues après que le secrétaire d'État américain Antony Blinken a déclaré que la voie de la diplomatie était ouverte à l'égard de l'Iran et a affirmé que la balle était dans le camp de l'Iran lorsqu'il s'agissait de s'engager sur la voie diplomatique pour relancer l'accord nucléaire de 2015, officiellement appelé le Plan d'action global conjoint (JCPOA).

«Comme nous l'avons dit, la balle est vraiment dans leur camp pour voir s'ils veulent emprunter la voie de la diplomatie et revenir au respect de l'accord», a déclaré Blinken lors d'une conférence de presse mercredi.

Plus de deux mois après le début de sa présidence, Biden n'a pas tenu sa promesse électorale de rejoindre l'accord nucléaire et d'honorer les engagements de Washington vis-à-vis du JCPOA, que son prédécesseur Donald Trump a quitté trois ans après avoir été encré avec l'objectif déclaré de négocier un «meilleur accord» avec la République islamique.

Le retrait américain et l'imposition de sanctions contre l'Iran ont incité Téhéran à réduire ses engagements nucléaires au titre de l'article 36 du JCPOA.

La position américaine est soutenue par la Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne, mais elle a été catégoriquement rejetée par Téhéran.

«J'ai donc eu une réunion hier soir avec nos partenaires de l'E3, avec le Royaume-Uni, avec l'Allemagne et la France. Nous sommes tous sur la même longueur d'onde en ce qui concerne l'Iran, quand il s'agit de notre intérêt commun à voir si l'Iran veut s'engager dans la diplomatie pour revenir pleinement en conformité avec ses obligations en vertu du JCPOA », a déclaré Blinken.

Takht Ravanchi a évoqué la critique des responsables de l'administration Biden contre la campagne de «pression maximale» de Trump contre Téhéran, qui comprenait des sanctions économiques sévères qui ont eu un impact négatif sur la vie quotidienne du peuple iranien, affirmant que la même approche était toujours en place.

La position de l’Iran sur la façon de résoudre l’impasse créée par les États-Unis a été énoncée par le Leader de la révolution islamique, l’ayatollah Seyyed Ali Khamenei, qui a déclaré dimanche que Washington devait d’abord lever toutes ses sanctions avant que Téhéran ne revienne au plein respect de l’accord.

La position a été approuvée et saluée par le président Hassan Rouhani et d'autres hauts responsables iraniens.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha