14 janv. 2022, 22:40
Journalist ID: 2395
Code d'info: 84613229
T T
1 Persons

Tags

La suspension du droit de vote de l’Iran remet en cause le principe de justice de l'ONU

Téhéran (IRNA)- Les Nations Unies ont suspendu le droit de vote de l'Iran pour la deuxième fois cette année en raison du non-paiement des cotisations, contre lequel la République islamique se bat en raison des sanctions américaines illégales sur les transferts de devises.

L'Iran a été l'un des premiers États membres des Nations Unies et est considéré comme l'un des fondateurs de cette organisation, qui est devenue membre de cette organisation le 7 octobre 1954, en adoptant la Charte des Nations Unies. Depuis la victoire de la révolution, la République islamique d'Iran est un membre actif de l'ONU et, au cours de ces années, elle s'est toujours engagée à payer des cotisations à l'ONU. Mais ces dernières années, l'Iran n'a pas été en mesure de transférer ses fonds vers des banques étrangères en raison des sanctions financières et bancaires illégales des États-Unis, et depuis 2018, il n'a pas été en mesure de payer ses dettes et ses frais d'adhésion à l'ONU à temps.

Le ministère iranien des Affaires étrangères dénonce fermement la suspension de son droit de vote aux Nations unies, soulignant que les sanctions cruelles des États-Unis ont provoqué la situation.

«En tant que membre fondateur et actif de l'organisation mondiale, l'Iran se considère comme tenu de payer intégralement et en temps voulu sa cotisation à l'ONU et aux autres agences et organisations internationales. Cependant, le pays a rencontré des difficultés en matière de paiement en raison des sanctions oppressives et illégales des États-Unis»,  a déclaré le porte-parole de la diplomatie iranienne.

Les États-Unis ont rendu les sanctions il y a environ quatre ans après avoir quitté l'accord de 2015 avec l'Iran et les puissances mondiales qui avaient partiellement suspendu les mesures économiques coercitives.

Téhéran a préparé les frais et mène les consultations nécessaires avec d'autres pour résoudre le problème via un «canal de paiement sécurisé», a déclaré le porte-parole.

Il a, quant à lui, exhorté le secrétaire général de l'ONU et le secrétariat de l'organisation mondiale à tenir compte de la situation des pays frappés de sanctions et à ne pas priver ces pays de leurs bons offices qui pourraient leur permettre de s'acquitter de leurs cotisations.

Le secrétaire général Antonio Guterres a déclaré mardi qu'un total de 11 pays, dont l'Iran, étaient en retard dans leurs paiements.

En vertu de la Charte des Nations Unies, le droit de vote d'un pays membre est suspendu lorsque ses arriérés sont égaux ou supérieurs au montant des cotisations qu'il aurait dû payer au cours des deux années précédentes, mais si l'encours de la dette est réputé être « dû à des conditions indépendantes de la volonté de membre », l'assemblée peut laisser ce pays continuer à voter.

Tags

Lire aussi

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha