L'Iran et P4+1 poursuivent des pourparlers diplomatiques intensifs à Vienne pour relancer le JCPOA

Téhéran (IRNA)- Des pourparlers diplomatiques intensifs se poursuivent dans la capitale autrichienne de Vienne entre l'Iran et le groupe de pays P4 + 1 pour discuter de tous les moyens possibles de sauver l'accord iranien de 2015 en supprimant toutes les sanctions imposées par les États-Unis contre Téhéran.

Dimanche, le négociateur en chef iranien Ali Bagheri Kani et le chef de l'équipe de négociation russe Mikhail Ulyanov ont tenu une réunion sur la relance de l'accord abandonné par les États-Unis, officiellement connu sous le nom de Plan d'action global conjoint (JCPOA).

Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères chargé des affaires économiques, Mehdi Safari, était également présent à la réunion.

Dans un tweet, Ulyanov, qui est le représentant permanent de la Russie auprès des organisations internationales à Vienne, a déclaré que «des consultations très intensives» se poursuivent à Vienne dans le cadre des pourparlers du JCPOA.

«En particulier, j'ai eu une réunion productive avec le négociateur en chef iranien, le Dr A. Bagheri Kani, sur les questions restantes en suspens», a-t-il tweeté.

Dans deux autres tweets, Ulyanov a déclaré avoir tenu des réunions séparées avec l'envoyé spécial américain pour l'Iran, Robert Malley, «au stade final des pourparlers de Vienne sur le JCPOA» et aussi avec les chefs de délégations des trois parties européennes à l'accord - Grande-Bretagne, France et Allemagne - au cours desquelles ils «ont échangé des points de vue sur la voie à suivre lors des pourparlers de Vienne sur le JCPOA».

L'Iran et le groupe de pays P4 + 1 ont précédemment convenu qu'aucune session de la commission mixte du JCPOA ne se tiendra tandis que les négociateurs des deux parties poursuivront les pourparlers dans le cadre de réunions bilatérales et multilatérales dans la capitale autrichienne.

Une source proche de la délégation iranienne aux pourparlers de Vienne a déclaré que Téhéran avait mis de nombreuses offres sur la table et encouragé l'autre partie à présenter de nouvelles propositions pour résoudre les problèmes en suspens.

Des émissaires d'Iran et des cinq autres signataires de l'accord - la Grande-Bretagne, la France, la Russie et la Chine plus l'Allemagne - mènent des négociations dans la capitale autrichienne depuis 10 mois dans le but de relancer le JCPOA.

Les deux parties ont comblé certaines lacunes depuis le début des pourparlers l'année dernière, mais des divergences subsistent, principalement sur la question des sanctions américaines. Téhéran veut que toutes les sanctions imposées par l'administration de l'ancien président américain Donald Trump soient levées et affirme que le problème est sa ligne rouge.

Trump a quitté unilatéralement le JCPOA en mai 2018 et a réimposé les sanctions anti-iraniennes que l'accord avait levées.

Il a également imposé des sanctions supplémentaires à l'Iran sous des prétextes sans rapport avec l'affaire nucléaire dans le cadre de sa campagne de «pression maximale».

En mai 2019, après une année de patience stratégique, l'Iran a décidé de lever certaines des restrictions sur son programme d'énergie nucléaire, recourant à ses droits légaux en vertu du JCPOA, qui accorde à une partie le droit de suspendre ses engagements contractuels en cas de inexécution par l'autre partie.

L'administration du président américain Joe Biden se dit prête à compenser l'erreur de Trump et à rejoindre l'accord, mais elle a conservé les sanctions comme levier.

Lire aussi

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha