Les sanctions ne devraient affecter la coopération de l'Iran avec aucun pays, y compris la Russie

Téhéran (IRNA)- Soulignant que Téhéran s'oppose à la fois à la guerre et à l'imposition de sanctions, Amir-Abdollahian a déclaré qu'il était clair que la coopération de la République islamique d'Iran avec n'importe quel pays, y compris la Russie, ne devrait pas être affectée par l'atmosphère de sanctions.

Les ministres iranien et russe des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian et Sergueï Lavrov se sont entretenus au téléphone lundi soir des relations bilatérales, les pourparlers de Vienne, les développements en Ukraine et quelques autres développements internationaux.

Se référant à la récente visite de Rafael Grossi, directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique à Téhéran, les deux parties ont déclaré que l'AIEA est désormais sur la bonne voie pour la coopération technique avec l'Iran et qu'un bon accord a été conclu.

«Nous travaillons sérieusement pour parvenir à un bon et solide accord à Vienne. De bons progrès ont été réalisés jusqu'à présent, mais malgré les progrès réalisés, certaines questions n'ont pas encore été résolues à Vienne, ce qui nécessite une décision politique de la part de l'Occident», a déclaré Amirabdollahian.

Téhéran s'oppose à la fois à la guerre et à l'imposition de sanctions, a réaffirmé Amir-Abdollahian en soulignant qu'il était clair que la coopération de la République islamique d'Iran avec n'importe quel pays, y compris la Russie, ne devrait pas être affectée par l'atmosphère de sanctions.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a pour sa part souligné la nécessité d'une coopération entre l'Iran et la Russie dans divers domaines, y compris divers domaines des relations commerciales et économiques.

Se référant au processus de négociation et au soutien de la Russie aux demandes rationnelles de l'Iran, il a expliqué son point de vue à cet égard.

Critiquant les sanctions imposées à la Russie, Lavrov a souligné l'importance de la coopération entre les deux pays dans tous les domaines.

Les deux parties ont également discuté d'autres questions régionales et internationales, notamment la crise ukrainienne, le processus d'Astana pour résoudre la question syrienne et le sommet d'Antalya qui devrait se tenir plus tard cette année en Turquie au format Astana.

Lire aussi

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha