L'Iran et l'AIEA conviennent en principe de résoudre les problèmes techniques

Téhéran (IRNA)- Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, a déclaré que Téhéran et l'agence nucléaire de l'ONU sont parvenus à un accord de principe pour résoudre leurs problèmes en suspens.

Le responsable a fait ces remarques lors d'une discussion en ligne avec son homologue chinois Wang Yi mercredi, ajoutant que l'Iran et l'agence cherchaient à « publier une déclaration commune dans les plus brefs délais ».

Ces commentaires sont intervenus un jour après que le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique, Rafael Grossi, a mis fin à une visite de deux jours en République islamique, au cours de laquelle il a eu diverses réunions avec de hauts responsables iraniens, dont Amir-Abdollahian lui-même.

Dans un tweet plus tôt mercredi, le plus haut diplomate iranien a qualifié ses entretiens avec le chef de l'AIEA de «cordiaux, francs et fructueux» et a déclaré qu'ils «sont parvenus à de bons accords sur la poursuite de la coopération».

«Pourtant, pour élaborer un texte, nous avons besoin de travailler sur quelques mots. Un accord est possible», a-t-il ajouté dans son tweet, prévenant que "la politisation des questions techniques est improductive".

Il a également indiqué qu'une réunion se tiendra prochainement pour finaliser le texte de leur accord.

Ailleurs dans ses entretiens avec le ministre chinois des Affaires étrangères, Amir-Abdollahian a également évoqué la participation du pays aux prochains pourparlers dans la capitale autrichienne de Vienne, qui ont examiné la possibilité de lever les sanctions inhumaines des États-Unis contre l'Iran.

Les États-Unis ont repris les sanctions en 2018 après avoir abandonné un accord nucléaire historique entre la République islamique et les puissances mondiales, officiellement appelé Plan d'action global conjoint (JCPOA).

Amir-Abdollahian a déclaré que la République islamique était tout à fait disposée à participer aux négociations dans le but de parvenir à "un bon accord".

Un tel accord, a-t-il ajouté, pourrait se concrétiser sous peu si Washington et ses alliés européens dans l'accord - le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne - étaient également disposés à reprendre leurs engagements dans le cadre du JCPOA.

Le trio européen a enfreint le JCPOA en coopérant avec le régime de sanctions américain.

Le responsable chinois, pour sa part, a qualifié le voyage de Grossi en Iran de développement "positif". Il a également estimé que le point de vue de la République islamique sur la relance potentielle du JCPOA était « juste ».

Mardi également, Behrouz Kamalvandi, porte-parole de l'Organisation de l'énergie atomique d'Iran, a déclaré que l'Iran et l'AIEA étaient, lors de la visite de Grossi, parvenus à des «accords généraux» concernant "la manière dont ils étaient censés poursuivre diverses questions d'intérêt commun.

Les deux parties ont convenu de poursuivre leurs consultations en vue de finaliser le cadre et les détails de la manière dont elles étaient censées poursuivre leur coopération, a noté Kamalvandi.

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha