Le 8e cycle des pourparlers de Vienne se poursuit à Vienne alors que l'Iran dit non à l'accord intérimaire

Téhéran (IRNA)- Le huitième cycle de négociations entre l'Iran et les autres signataires de l'accord de 2015 se poursuit dans la capitale autrichienne alors que des sources proches des pourparlers affirment que l'équipe iranienne insiste sur un accord à long terme et fiable, rejetant un accord intérimaire.

Jeudi, le principal négociateur iranien aux pourparlers de Vienne Ali Bagheri Kani et Enrique Mora, chef adjoint de la politique étrangère de l'Union européenne et chef de la commission conjointe de l'accord nucléaire, officiellement connu sous le nom de Plan d'action global commun (JCPOA), ainsi que des représentants des trois signataires européens de l'accord ont tenu des réunions séparées.

Une source proche de l'équipe de négociation iranienne a rejeté les informations selon lesquelles un accord intérimaire aurait été discuté lors des pourparlers de Vienne.

"Fondamentalement, la question d'un accord intérimaire ou de l'accord dit du moins pour moins n'a pas été soulevée jusqu'à présent dans les pourparlers et n'a jamais été à l'ordre du jour de l'équipe iranienne", selon une source anonyme.

"Comme indiqué précédemment, la délégation iranienne recherche un accord permanent et fiable et n'a pas l'intention [à l'ordre du jour] de parler d'un accord intérimaire", a ajouté la source.

Selon IRNA, la vérification des faits de la levée des sanctions américaines, qui était l'un des principaux problèmes auxquels les partis occidentaux s'opposaient, a été officiellement reconnue et une discussion sur les mécanismes de vérification est toujours en cours.

Mercredi, plus de 100 législateurs républicains à la Chambre des représentants, la chambre basse du Congrès américain, ont une nouvelle fois exprimé leur opposition au retour de leur pays au JCPOA, et appelé à l'arrêt des pourparlers de Vienne. De telles déclarations sont parmi les raisons pour lesquelles la délégation iranienne insiste pour recevoir les garanties nécessaires que Washington ne renoncera plus à l'accord.

Au cours du précédent cycle de pourparlers, le premier sous le nouveau président iranien Ebrahim Raïssi, l'Iran a présenté de nouvelles propositions à la table des négociations pour faire avancer les pourparlers et a ensuite critiqué les signataires européens du JCPOA pour ne pas avoir emboîté le pas et rester passif.

Un an après la sortie de Washington de l'accord et l'échec des signataires européens à respecter leurs engagements sous la pression des États-Unis, l'Iran a pris une série de mesures de rétorsion loin de l'accord en plusieurs étapes conformément à ses droits contractuels légaux. Avec une nouvelle administration en place aux États-Unis, Washington dit vouloir rejoindre l'accord, mais il tarde à lever les sanctions contre l'Iran.

Téhéran a fermement insisté sur le fait que les États-Unis doivent d'abord lever les sanctions de manière vérifiable, donner des garanties qu'ils ne quitteront plus l'accord et compenser tous les dommages infligés à l'Iran en raison du retrait illégal de Washington.

L'Iran affirme également que le manque d'initiative des parties occidentales à l'accord de Vienne est le principal facteur qui ralentit les pourparlers avec l'Iran.

Depuis le début du nouveau processus de négociation, la délégation iranienne a participé à de nombreuses réunions à différents niveaux, offrant des approches ingénieuses et des mécanismes opérationnels afin d'essayer d'accélérer le cours des pourparlers dans le but d'aboutir à un bon accord.

C'est alors qu'au milieu d'un "jeu des reproches" permanent et d'une vaste opération psychologique de la part des médias occidentaux, les délégations européennes ont principalement joué un rôle passif, exprimant seulement leur opinion sur les plans qui ont été proposés par l'Iran et refusant de proposer de nouvelles idées ou de nouveaux mécanismes pour réduire ou résoudre les problèmes en suspens !

Lire aussi

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha