L'Iran et P4 + 1 poursuivent les pourparlers sur la suppression des sanctions à Vienne alors que Téhéran rejette l'accord intérimaire

Téhéran (IRNA)- Les hauts représentants de l'Iran et les cinq autres signataires de l'accord de 2015 poursuivent leurs efforts diplomatiques dans la capitale autrichienne de Vienne dans le but d'obtenir la levée des sanctions américaines contre l'Iran dans les circonstances où Téhéran rejette toujours un accord provisoire.

L'Iran et les autres participants à l'accord sur le nucléaire, officiellement connu sous le nom de Plan d'action global conjoint (JCPOA), ont tenu des pourparlers dans la capitale autrichienne depuis avril de l'année dernière dans le but de relancer l'accord en mettant les États-Unis en pleine conformité.

Les États-Unis ont quitté le JCPOA en mai 2018 sous l'ancien président Donald Trump. Les pourparlers de Vienne ont commencé sur la promesse du successeur de Trump, Joe Biden, de rejoindre l'accord et d'abroger la soi-disant campagne de pression maximale contre l'Iran. Biden, cependant, n'a jusqu'à présent pas réussi à annuler la propre perte de Trump de la politique iranienne de Barack Obama, qui a conduit au JCPOA en juin 2015.

Dimanche, 29e jour du huitième cycle des pourparlers Iran et P4 + 1 à Vienne, le négociateur en chef iranien Ali Bagheri Kani et Enrique Mora, chef adjoint de la politique étrangère de l'Union européenne et chef de la commission mixte JCPOA, ont tenu une réunion. Plus tard dans la journée, le haut diplomate iranien a rencontré des délégués du groupe de pays P4+1.

Le huitième cycle des pourparlers de Vienne a commencé le 27 décembre avec un accent sur la levée de toutes les sanctions que les États-Unis avaient imposées à l'Iran après son retrait unilatéral du JCPOA.

Les États-Unis ne sont pas autorisés à assister directement aux pourparlers en raison de leur retrait en 2018 de l'accord avec l'Iran.

Au cours du nouveau cycle de pourparlers, l'Iran a rejeté l'idée de fixer des délais pour parvenir à un accord, ses représentants notant qu'ils préfèrent conclure un accord logique dans un délai logique.

L'Iran a également subordonné son accord à un nouvel accord à la réalisation des droits et des intérêts de la nation iranienne. En conséquence, l'équipe de négociation iranienne a répété à maintes reprises qu'il était hors de question de parvenir à un accord provisoire alors que Téhéran cherche un accord durable, fiable et définitif sur la levée des sanctions imposées au pays.

La République islamique a également rejeté l'évaluation pessimiste des pourparlers par les États-Unis et le trio européen - à savoir la France, la Grande-Bretagne et l'Allemagne - comme un stratagème psychologique pour gagner des concessions.

Alors que la partie iranienne est entrée dans le nouveau cycle de pourparlers avec des positions claires et des principes bien définis, la partie occidentale, au contraire, s'est révélée criblée de nombreuses divisions et différences entre elles. Les différences existent non seulement entre les membres restants du JCPOA et les États-Unis, mais même au sein de l'équipe américaine, qui a suivi les pourparlers sans en faire partie.

Lundi, le ministère iranien des Affaires étrangères a rejeté les « délais fabriqués » fixés par les États-Unis et leurs alliés européens.

S'exprimant lors d'une conférence de presse à Téhéran, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh, a déclaré que les États-Unis feraient mieux de se concentrer sur leur plan A plutôt que de menacer l'Iran avec un plan B.

Dans un tweet samedi, le chef de l'équipe de négociation russe, Mikhail Ulyanov, a souligné l'importance du calendrier dans les pourparlers en cours à Vienne, mais a souligné qu'il ne devrait pas être le «facteur majeur qui définit le résultat des négociations sur l'avenir du JCPOA».

Le timing dépend des participants aux pourparlers de Vienne, n'est-ce pas ? Dans ces circonstances, le timing est très important, mais il ne devrait pas être le facteur majeur qui définit le résultat des négociations sur l'avenir du JCPOA. Si nécessaire, les négociateurs doivent accélérer leur travail.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian a une fois de plus réaffirmé que Téhéran n'avait pas l'intention de perdre du temps ou de faire dérailler les pourparlers sur la suppression des sanctions à Vienne, critiquant l'Occident, en particulier les États-Unis, pour n'avoir présenté aucune proposition novatrice dans les négociations.

«Si les parties peuvent reprendre leurs engagements dans le cadre de l'accord sur le nucléaire iranien, l'Iran reviendra également à des engagements basés sur l'accord. Si l'Iran peut obtenir les avantages économiques attendus de l'accord, toutes les parties le feront également», a souligné Amir-Abdollahian.

Lire aussi

Votre commentaire

You are replying to: .
captcha